« Une personne sur quatre peut avoir un problème de santé mentale. Un épisode de déprime et d’anxiété peut arriver à tout le monde. Il faut briser les tabous ». C’est ce qu’a déclaré la Dr Ameenah Sorefan, consultante responsable du Brown Séquard Mental Hospital, ce jeudi 8 octobre à l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale.

Cette journée est consacrée à l’éducation et à la sensibilisation du public envers la santé mentale, et contre la stigmatisation et le tabou l’entourant. Pour la consultante responsable du centre psychiatrique de Beau-Bassin, les resources humaines sont « primordiales » en vue d’offrir de meilleurs soins.

« Aujourd’hui, il y a beaucoup plus de personnes qui comprennent l’importance de leur santé mentale et physique. Il faut ainsi améliorer l’éducation et la sensibilisation sur le sujet », a soutenu la Dr Ameenah Sorefan.

Le ministre de la Santé, Kailesh Jagatpal, a observé qu’avec la pandémie de Covid-19 et ses répercussions, l’impact sur la santé mentale est « considérable ».

« Pour la santé mentale, étant donné ce n’est pas un investissement en termes d’équipements qui est nécessaire, le budget attribué n’est aussi conséquent. Nous mettrons en place un plan stratégique à l’avenir pour augmenter le budget alloué au centre psychiatrique », a-t-il indiqué lors de son discours.