Winsley Gangaya (en blanc) a été au-dessus du lot lors de la compétition

Le rendez-vous que le public ne devait pas manquer était le Gala du Nord, qui s’est tenu hier au complexe sportif de Côte d’Or. Ils étaient 400 judokas, dans toutes les catégories, à combattre sur les quatre tatamis du gymnase. De ces prestations, on retiendra l’exploit réalisé par Winsley Gangaya (-60 kg/17 ans), qui a signé deux victoires dans les catégories cadets et juniors-seniors.

Hier à Côte d’Or, on ne savait où porter notre attention, car les différents combats étaient tous splendides. Après très longtemps, nous avons pu voir la renaissance du judo mauricien avec le public et les judokas qui se sont déplacés en masse, faisant salle comble. Si les favoris ont tous ou presque assuré dans leur catégorie respective, un judoka a fait soulever la foule hier. Combattant dans deux catégories (cadets et juniors-seniors), Winsley Gangaya a été au-dessus de ses adversaires. Dans la catégorie des -60 kg chez les cadets, il a pris le meilleur de Marcus Quirin (Beau-Bassin Judo Club), alors que chez les juniors-seniors, il a dû batailler avant de prendre le meilleur sur Dinesh Résidu, grâce à un waza-ari.

« J’ai essayé d’appliquer ce que j’avais appris à l’entraînement. Avant la compétition, je n’ai aucune pression car, psychologiquement, je m’étais préparé. Même si j’avais été battu dans la catégorie juniors-seniors, cela aurait été une expérience. Mon objectif à long terme est de participer aux Jeux Olympiques 2024 à Paris. La route sera longue, mais j’ai encore une marge de progression », souligne Winsley Gangaya. Une bonne mise en jambes avant les championnats nationaux qui se tiendront dimanche et où le jeune licencié du Cassis Judo Club concourra dans la catégorie juniors-seniors.

Pour l’entraîneur national, Anom Petrapermal, « les judokas ont répondu à nos attentes. Il y a eu pas mal de beaux combats, mais également des erreurs qui peuvent être corrigées durant la semaine avant les championnats nationaux. Je dois féliciter Winsley, car c’est un jeune très prometteur, mais dans l’ensemble, je ne peux qu’être content de voir autant de judokas sur les quatre tatamis, ce qui prouve que l’avenir du judo mauricien est assuré. Les championnats nationaux seront soit la confirmation pour certains ou la déception pour d’autres. » Nous reviendrons sur les résultats complets de la compétition dans notre prochaine édition.

L’organisation pointée du doigt

Tout ne peut être parfait pour une première organisation. Si les combats ont été spectaculaires, plusieurs personnes ont pointé du doigt le déroulement de la compétition. Alors que celle-ci devait débuter à 9h30 avec les phases de poules, le coup d’envoi a été donné vers 10h30, à la suite de la partie protocolaire. Une heure de décalage qui a complètement chamboulé le tournoi. À 19h, il y avait toujours des combats sur le tatami, pour ensuite faire place à la cérémonie de remise de médailles. « Nous ne critiquons pas la compétition en elle-même, mais plutôt la mauvaise organisation. Nos enfants doivent partir à l’école demain (aujourd’hui) et c’est inacceptable de finir aussi tard », nous a déclaré le parent d’un des judokas.