Le couple Auckal

L’affaire des jumeaux disparus continue à défrayer la chronique et a fait l’objet d’articles dans la presse dominicale qui parlent d’un mystère difficile à élucider, tant les témoignages des proches confirmant une grossesse semblent crédibles.

Or, du point de vue médical, bien qu’il y ait des documents qui affirment une grossesse, il n’y a aucune preuve scientifique de grossesse et d’accouchement. Lemauricien.com fait un tour d’horizon de la situation.

La famille confirme la grossesse.

Pour des proches – dont l’époux et les beaux parents – Neelam Auckal, 30 ans, la mère qui pleure ses jumeaux disparus, était sans contestation possible enceinte et a accouché de jumeaux.

Son époux, Atish Auckal, dit, lui, avoir « senti » les bébés se remuer dans le ventre de son épouse.

De son côté, Neelam Auckal relate qu’elle aurait accouché de jumeaux le 23 juin à l’hôpital Victoria. Elle avance que ses bébés étaient « faibles » et auraient été placés dans des incubateurs.

Elle a obtenu sa décharge le 25 juin, mais ses jumeaux seraient restés à l’hôpital en raison de leur état de santé fragile, dit-elle. Elle leur aurait rendu visite en deux occasions.

Le 1er juillet, les services hospitaliers lui auraient signalé le décès de ses enfants. Ils auraient refusé de lui remettre les corps pour les rites funéraires.

C’est à ce moment que cette affaire trouve résonance dans la presse et fait grand bruit. Les corps auraient disparu.

Pas de preuve tangible.

Toutefois, jusqu’ici, aucun élément tangible ne vient confirmer ni sa grossesse ni son accouchement.

Ainsi, des médecins ayant étudié les documents médicaux remis par l’habitante de Poudre D’Or Hamlet affirment, pour leur part, que ceux-là – présentés jusqu’ici pour confirmer la grossesse – ne sont pour eux pas une preuve absolue.

Ils ne peuvent affirmer le contraire mais soutiennent qu’il aurait fallu pour une certitude incontestable; au moins un rapport de la Gynaecological Unit qui fait état d’une « Term Pregnancy », et ce, basé sur des tests approfondis, comme une échographie.

Selon ces mêmes médecins, la Casualty Card et le Discharge Against Medical Advice, émis le 7 juin , et qui font état d’une grossesse de « 9 mois », sont basés sur « l’historique » du cas, c’est-à-dire, sur les dires de Neelam Auckal. Et non sur des tests médicaux.

En outre, ils pointent du doigt l’absence d’informations concernant son cycle menstruel, indéterminé sur les documents remis. Ces données auraient permis d’estimer la date d’accouchement et auraient démontré sans conteste que la mère présumée était bel et bien en voie de famille.

« No Ante Natal follow up ».

D’après les documents médicaux remis par Neelam Auckal, à chacune de ses visites aux hôpitaux publics – dans un « distressed state » ou pour un problème à l’oreille -, elle a souhaité obtenir une décharge pour aller suivre des traitements au privé.

Toutefois, la clinique privée où cette habitante de Poudre-D’or Hamlet dit avoir suivi des traitements pour sa grossesse affirme, dans une déclaration à Week-End, que « it is a mere invention ». A cet effet, elle n’a aucune trace de la patiente chez eux.

Aucun dossier ne vient soutenir que Neelam Auckal y a suivi un quelconque traitement ou qu’elle s’y était rendue. Mais cette dernière maintient qu’elle y a consulté un médecin répondant au nom du Dr Ramgoolam, qui est inconnu des services de cet hôpital.

La santé ne fait état d’aucun accouchement.

Par ailleurs, le ministère de la Santé indique à travers un communiqué que « patient had no Ante Natal follow up » aux hôpitaux publics de SSRN ou de Victoria, visités quatre fois « for ailments other than pregnancy ».

Il est stipulé que « on the 13th of May 2020, the patient attended Victoria Hospital (ENT Unit) and stated she was 8 months pregnant ». Et d’ajouter : « Patient was advised for admission but she refused and signed the Discharge Against Medical Advice (DAMA) for personal reasons ».

Lors d’une autre visite, le ministère soutient que « on the 23rd of June 2020, patient attended Victoria Hospital (ENT Unit) for an ear problem. Patient was admitted on the same date and discharged on the 25th after treatment for ENT problem and Diabetic control ».

Enfin, à l’hôpital Victoria, on indique qu’il n’y a « aucun record » de l’accouchement de Neelam Auckal. Aucune trace des corps n’a été relevée à la morgue également.

Cette bien étrange affaire reste un mystère.

Espérons que l’enquête policière en cours éclairera tout un chacun sur une histoire qui tangue entre la version déterminée de la famille sur la véracité de leur propos quant à la grossesse et ses conséquences, et celles des services médicaux qui nient pratiquement tout en bloc avec ce qu’ils considèrent comme une absence de preuve scientifique.