- Publicité -

Kevin Govinden (directeur général du Sunrise Attitude) : « Maurice reste une destination phare dans l’océan Indien »

Cumulant plus de 25 ans dans le secteur de l’hôtellerie, Kevin Govinden est le directeur général du Sunrise Attitude, nouvel hôtel du groupe Attitude. Avec toute son expérience, il estime que Maurice reste une destination de choix, malgré la concurrence émanant des îles touristiques de l’océan Indien. Croyant fortement dans la reprise de l’hôtellerie mauricienne, il est d’avis que les hôtels peuvent faire la différence en s’adaptant non seulement à la demande des touristes, mais aussi en leur faisant découvrir les facettes du pays. Et pour démontrer la différence de l’hôtel qu’il gère, il avance que l’accent est mis sur l’engagement écologique et sur la découverte du mauricianisme.

- Publicité -

Qu’est-ce qui différencie le Sunrise Attitude des autres hôtels de même catégorie ?
Nous avons voulu un hôtel où nous nous différencions. Notre première différence, ce sont nos chambres “swim-up”. Dans la catégorie des hôtels 4 étoiles, nous avons peu d’établissements qui offrent ces chambres. L’hôtel comprend aussi des villas. D’ailleurs, peu d’hôtels de cette catégorie ont cette offre. Au niveau culinaire, nos offres sont diverses, avec des plats sains. Nous offrons aussi des menus végétariens et végétaliens. L’hôtel possède quatre restaurants, dont le Kot Nou, qui est notre signature mauricienne. Nous avons créé aussi un “tapas concept dinner”, qui est très prisé par les clients. Ils n’ont pas besoin de bien s’habiller pour aller manger. Ces tapas ne sont pas les traditionnels samoussas ou “gato pima”, mais plutôt du haut de gamme. Nous constatons que la clientèle aime. De plus, les clients ne doivent pas payer pour goûter ces tapas. Ce concept plaît énormément à la clientèle étrangère. Et c’est une promesse du groupe Attitude.

L’hôtel est aussi engagé écologiquement. Depuis quand ce concept a-t-il débuté ? Est-ce que c’est facile à mettre en place ?
Nous nous sommes promis d’être un hôtel de “single-use plastic”. Cet engagement avait été pris avant le Covid-19. Nous étions l’un des premiers à Maurice à adopter cela. Même les grands hôtels mondiaux n’avaient pas encore mis en place ce processus de durabilité. Comme nous sommes les premiers, nous avons entraîné nos fournisseurs, nos clients et notre personnel pour être dans ce concept de protection de la nature.
C’est vrai que cela nous a demandé beaucoup d’efforts, car il y a un monde de consommation autour du plastique. Pendant le confinement, nous avons eu le temps de nous asseoir, de réfléchir et de dire aux gens de respecter nos critères environnementaux et communautaires s’ils veulent travailler avec Attitude. D’autres initiatives suivront, comme de travailler avec les planteurs autour de l’hôtel ou même les pêcheurs. Nous sommes aussi affiliés à Travelife, une compagnie d’audit mondial. En passant par un audit, nous savons où nous sommes et quelle est la direction que nous avons prise. De cette façon, nous pouvons mesurer l’impact de nos actions sur l’année. Le touriste est très conscient de l’environnement. C’est à nous de faire l’effort de préserver notre environnement. Maurice a tout intérêt à protéger son île. Attitude a pris l’engagement d’être engagé dans ces actions.

Quelle est la raison de ne pas avoir de télévision dans les chambres ?
Pendant le confinement, nous avions une réflexion écologique et sur les demandes. C’est vrai qu’à une certaine époque, la demande d’une télévision était présente à Maurice. Mais notre action de ne pas avoir de télévision dans les chambres est assez forte. D’ailleurs, beaucoup de personnes nous posent la question. Nous réalisons que le client n’est pas venu à Maurice pour regarder la télé. Il vient pour découvrir le pays et la richesse culinaire, rencontrer des Mauriciens.
Nous avons observé que, souvent, la télévision n’était pas allumée. Tous nos clients sont heureux sans télévision. Nous voulons que le client ait l’expérience à l’extérieur de la chambre. Comme c’est un hôtel destiné uniquement aux adultes, il n’y a aucun lieu à entretenir les enfants. Nous avons des télévisions dans des endroits spécifiques de l’hôtel, où les clients peuvent voir un match de football, un concert ou écouter de la musique. Mais étant donné que nous vivons à l’ère numérique, la plupart de nos clients sont sur leur tablette. De ce fait, nous offrons une très bonne connexion à l’Internet pour qu’ils puissent regarder ce qu’ils veulent.

Que peut-on dire sur le taux de remplissage de l’hôtel ? Quelles sont les prévisions pour les deux prochains mois ?
L’hôtel est rempli à 30%. C’est de bon augure pour l’ouverture d’un hôtel neuf. Pour le mois de novembre, nous sommes à plus de 27%, et 20% pour décembre. C’est un bon signe pour nous. Nous avons une progression continuelle de 3% par semaine. Les touristes sont plutôt de l’Europe. Très bientôt, nous accueillerons les Mauriciens. Ils sont très importants pour nous.

Nous constatons des offres très alléchantes des hôtels 5 étoiles depuis l’ouverture des frontières. Cela ne vous inquiète pas ?
Il est important de noter qu’Attitude respecte ses clients en offrant une belle prestation. La guerre des prix déjouera cette relance de l’économie touristique. Cela ne jouera pas en notre faveur. Chez Attitude, nous préconisons plus la qualité de service et le prix. La guerre des prix est présente. On doit plutôt mettre l’accent sur la qualité que sur la quantité.

Les Maldives et les Seychelles ont une longueur d’avance sur Maurice s’agissant du nombre de touristes. Pensez-vous que nous allons pouvoir rattraper ce retard ?
Je pense que nos îles voisines ont pris une avance par rapport à l’ouverture des frontières. Mais je pense que Maurice reste une destination phare dans l’océan Indien. Elle le restera si nous respectons nos prestations et notre qualité de service. Nous croyons dans l’hôtellerie et la destination mauricienne. Je pense que la demande est forte pour Maurice, car il y a une clientèle qui n’a pas voyagé pendant un an et demi. Nous aurons une reprise assez importante, en espérant qu’elle soit constamment progressive.
Je pense que les trois prochains mois nous en diront plus sur notre croissance. J’y crois très fort. Nos partenaires touristiques, à travers le monde, sont très positifs. De plus, les vols aériens ont repris. Je pense que la reprise est présente. Mais nous aurons une période de transition suite aux protocoles sanitaires. De ce fait, ils préfèrent attendre. Il y a plusieurs clients qui ne sont pas vaccinés et ne viennent pas à Maurice. Je crois que les arrivées seront nettement meilleures en décembre et janvier. Nous accueillons les touristes vaccinés. Ces derniers doivent aussi passer par d’autres tests à leur arrivée à l’hôtel. Jusqu’à maintenant, nous n’avons pas eu de cas positif.

Avec le nombre croissant de touristes, prévoyez-vous de recruter ?
Nous sommes en période de recrutement. Nous recrutons des gens dans la région de l’est pour accueillir nos clients. Nous sommes arrivés à 80% de notre recrutement. Nous ne pouvons pas donner une bonne prestation sans notre meilleur atout, qui est notre personnel.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour