Questions à Kevin Ramkaloan – Chief Executive Officer de Business Mauritius :

Avec la COVID-19, quels sont les défis inattendus auxquels doivent faire face les entreprises?

COVID-19 est vraiment un choc systémique. Nous avons subi plusieurs chocs systémiques en 2020. Mais COVID-19 crée des pressions sur nos marchés principaux. Donc, Maurice, pays à forte exportation de nos produits et nos services, se retrouve face à des marchés extrêmement difficiles.
Effectivement, il y a aussi des soucis de logistique créés à cause de la COVID-19. Que ce soit la demande ou au niveau de la chaîne d’approvisionnement, la COVID-19 a causé des frictions et des problèmes. Et cela a forcé les entreprises à se réinventer et se remettre en question par rapport à leurs propres objectifs car chaque année les entreprises se donnent des objectifs pour les années à venir. Je pense que la COVID-19 a été une force avec laquelle on a dû revoir toutes nos projections et nos façons de produire.

Mais cette réinvention s’avère difficile?

Une réinvention fondamentale des secteurs, en plus de ce côté Black Swan, risque qui ne peut pas être vraiment assuré. On ne peut pas assurer contre des problèmes tels que la COVID-19. Donc, cela fait que s’il n’y a pas de possibilités de prédire et prévoir, vous devez être plus agiles et beaucoup plus résilients et avoir des modèles plus complexes.

Difficile de naviguer dans des moments pareils ?

Les chefs d’entreprise ont leur propre vision. Il s’agit d’agir en fonction des contraintes et des visions. Ce n’est pas difficile de naviguer. C’est le contexte qui est difficile.

Les frontières s’ouvriront bientôt. Cette éventualité a un potentiel de risques quant aux nouveaux cas. Avez-vous déjà un plan pour que les entreprises assurent leurs activités ?

Nous attendons la réouverture complète du pays. Nous comprenons que la réouverture du pays doit être en phases. Peut-être cette deuxième phase, où nous accueillerons plus de personnes qui passeront en quarantaine, permettra de s’assurer que les protocoles déjà mis en place dans les hôtels et à travers les Destination Management Companies sont bien rodés et à partir de là, il nous faudrait arriver à une date de réouverture complète pour le tourisme et pour toute l’économie en sachant que cette réouverture doit se faire dans des conditions où nous sommes confiants de maîtriser tous les risques.