Annaëlle Coret sera à suivre lors de ces deux événements

Les championnats du monde de kick-boxing se tiendront du 15 au 24 octobre en Italie. Mais quatre tireurs, accompagnés de l’entraîneur Judex Jeannot, mettront déjà le cap vers la Hongrie le 12 septembre afin de participer à la Coupe du monde qui se déroulera du 16 au 19 septembre. Cet événement servira d’évaluation pour les quatre Mauriciens en vue de la compétition en Italie.
Fabrice Bauluck, Cedrick Dinally, Warren Robertson et Anaëlle Coret pourront se jauger en Hongrie avant d’entamer leur campagne aux championnats du monde. « Avant l’Italie, il faut se concentrer sur la Coupe du Monde. Cette compétition sera décisive pour les quatre tireurs étant donné qu’ils n’ont rien pu se mettre sous les jambes durant environ deux ans. Ils ont été bien préparés, reste à voir ce que cela donnera en Hongrie », fait ressortir Judex Jeannot.
Parmi les quatre Mauriciens, Judex Jeannot pense qu’Annaëlle Coret « fera très bien lors des deux compétitions. Elle a montré des signes de progrès aux entraînements, et ce ne sera pas une surprise que de la voir disputer le titre en Italie. Les trois autres peuvent également créer la surprise après avoir manqué de peu le titre en 2019, mais ils ne sont pas tout à fait prêts. Et c’est pour cela que la compétition en Hongrie est primordiale, car on pourra ajuster les erreurs commises avant les championnats du monde. »
Rappelons que lors des championnats du monde de low-kick, les trois éléments masculins viseront certainement le rachat après n’avoir pu monter sur la plus haute marche du podium lors des championnats du monde 2019 de low-kick. Alors qu’Anaëlle Coret, qui s’alignera en low-kick pour l’édition 2021, avait remporté la médaille de bronze en full contact en 2019.

Après la perte de son titre face au Russe Dongak Torepchi en finale des -54 kg, Fabrice Bauluck ne s’alignera pas avec la fleur au fusil en Italie et tentera d’étoffer son palmarès déjà éloquent. Lui qui s’était révélé en 2004 avec un premier titre chez les juniors, avant d’enchaîner deux ans plus tard pour ensuite se manifester avec brio chez les seniors. Jamais absent des podiums mondiaux, médaillé d’or en plusieurs occasions lors des étapes de la Coupe du Monde, il est devenu un véritable artiste du ring et sans doute le sportif mauricien le plus titré.

« La préparation a été longue et dure, et celle-ci continuera de l’être dans les jours à venir. Certes, ma défaite en finale avec un point d’écart me trotte toujours dans la tête et je m’alignerai avec l’idée de prendre ma revanche. En ce qu’il s’agit de mes camarades, je pense que nous avons les moyens de décrocher quatre médailles d’or pour Maurice, mais il y a des choses qu’on ne peut contrôler. On essayera de faire moins de fautes et d’être beaucoup plus percutants qu’en 2019 », nous déclare Fabrice Bauluck.

Cedrick Dinally, comme Bauluck, viendra pour prendre sa revanche. En 2019, il a dû se contenter de la médaille d’argent. Il faut dire que lors de l’édition précédente, la marche était sans doute trop haute pour Dinally, qui avait en face de lui le redoutable Anton Salchak, qui écrase tout chez les 51 kg depuis un certain temps. Le tireur mauricien avait évolué sans complexe, malgré la notoriété de son adversaire, menant même au début du premier round et faisant jeu égal avec son adversaire. Toutefois, Salchak prenait définitivement l’ascendant lors de la dernière reprise.

Quant à Warren Robertson, qui en était à sa première participation en 2019, il s’en est sorti avec les honneurs. Il s’était incliné en demi-finales face à Amanbetov Avazbek du Kirghizistan à l’unanimité des juges. Ce dernier a fait montre de sa plus grande expérience pour faire la différence, ayant mené tout au long des trois rounds. En deux ans, Robertson, sous la supervision de Judex Jeannot, a certainement dû progresser. Cette fois-ci, le Mauricien s’alignera en full contact. Un nouveau défi qui attend le jeune tireur.

La sélection
Tireurs : Fabrice Bauluck (54 kg low-kick), Cedrick Dinally (51 kg low-kick), Warren Robertson (54 kg full contact), Annaëlle Coret (56 kg low-kick)
Entraîneur : Judex Jeannot