L’organisation du championnat national de low kick de septembre prochain dépendra du feu vert du MAJSL

Les entraîneurs de la Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées (FMKBDA) se sont rencontrés, dimanche dernier à Roche Brunes. L’occasion pour l’entraîneur national, Judex Jeannot, de faire le bilan et surtout, discuter de la reprise au niveau des clubs avant l’organisation des premières compétitions prévue pour septembre prochain. Sauf que, pour l’heure, la fédération ne peut aller de l’avant avec ce projet, tant que le ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, n’aura pas donné son feu vert. Idem pour ce qui est des compétitions internationales avec les frontières toujours fermées entre les différents pays.

La rencontre de dimanche dernier s’est très bien passée. C’était d’ailleurs l’occasion pour Judex Jeannot de rencontrer tous les entraîneurs et ce, en présence des tireurs de la sélection nationale. Ces derniers, précisons-le, ont déjà repris les entraînements en salle depuis deux semaines. « C’était bien de se revoir. Tous les entraîneurs étaient présents et les discussions se sont très bien passées », déclare-t-il. Le seul hic étant, pour l’heure, les décisions gouvernementales attendue par rapport aux conditions de compétitions en raison de la Covid-19, ajoute Judex Jeannot. D’autant que les compétitions ne peuvent se tenir en plein air.

Trois tournois prévus cette année

Il nous revient ainsi que l’organisation de trois compétitions à huis clos été discutée et que des démarches seront incessamment enclenchées pour l’utilisation des infrastructures appartenant à l’État. Car comme précisé par Judex Jeannot, la semaine dernière, les tireurs ne peuvent demeurer pendant toute une année sans compétition. « Les boxeurs doivent pouvoir retrouver les sensations de la compétition. C’est pour cette raison que nous avons demandé aux entraîneurs de démarrer la préparation, afin que les boxeurs soient prêts au moment voulu. Car on ne peut rester inactif et attendre une décision du ministère pour commencer à se préparer », souligne-t-il.

Selon le calendrier prévisionnel, c’est le championnat national de low kick qui devrait lancer la saison 2020. Une compétition qui se déroulera, soit à Curepipe, soit à Vacoas. Ce sont les gymnases James Burty David à Curepipe et celui de Glen Park qui ont été identifiés. Les inter-régions suivront ensuite et selon Judex Jeannot,  « Si Curepipe prend en charge le championnat national, Vacoas organisera alors les inter-régions ou vice-versa », dit-il. Cette dernière compétition verra aussi la participation de Rodrigues. « Six tireurs seront entrés par région et la direction technique nationale fera ensuite le tri pour en retenir que quatre. L’important est que toutes les régions soient représentées à l’heure de la compétition », avance Judex Jeannot.

Championnats d’Afrique

Une dernière compétition a été discutée, mais dépendra du calendrier scolaire, plus précisément de la période des examens. En effet, au cas où la tenue du championnat des jeunes (6-14 ans) est remise en question, c’est le tournoi des débutants qui sera alors organisé. « Si nous ne pouvons faire le championnat destiné aux jeunes cette année, nous le ferons très tôt l’année prochaine. Nous envisageons aussi le tournoi réservé aux filles au début de 2021», fait ressortir l’entraîneur national. Selon lui, il est très important que la fédération puisse tenir les trois compétitions prévues pour cette année. Autrement, il sera difficile, précise-t-il, d’enchaîner sur cinq compétitions locales jusqu’à la fin de l’année financière en juin 2021.

Il ne faut pas oublier non plus, que si les frontières sont rouvertes, les boxeurs de la sélection seront appelés à prendre part à des compétitions internationales, à commencer par les Championnats d’Afrique. En effet, cette compétition devrait se tenir fin novembre-début décembre en Afrique du Sud, si tout se passe comme prévu. Une compétition à laquelle Judex Jeannot envisage d’entrer huit, voire neuf tireurs. « C’est une compétition plus abordable pour certains de nos boxeurs que la Coupe ou Championnats du monde. Qui plus est, le déplacement n’est pas aussi coûteux que pour se rendre en Europe. C’est donc une opportunité à exploiter », dit-il.

L’entraîneur national dit aussi travailler sur la Coupe du monde de Russie et les Championnats du monde qui s’y dérouleront également en novembre prochain dans ce même pays. « La Coupe du monde pourrait se tenir avant la fin de l’année ou début 2021. Je suis sûr et certain que la fédération russe organisera ce tournoi qui sera d’une grande importance surtout en marge des Mondiaux de novembre 2021 », fait-il remarquer. Dans cette optique d’ailleurs, Judex Jeannot affirme beaucoup apprécier la forme actuelle de ses boxeurs, même s’ils reviennent de trois mois de confinement. « J’ai bien apprécié la progression d’Annaëlle (Coret). Si elle continue sur cette lancée — il en est de même pour les autres — je reste convaincu que nous serons capables de très bien faire aux Mondiaux de l’année prochaine », conclut-il.

Juge-arbitres : Une formation prévue prochainement

La présidente de la FMKBDA, Isabelle Jeannot, la tireuse Jessica Jocelyn et Kevin Ramen, avaient assisté, en mars dernier, quelques jours seulement avant le couvre-feu sanitaire, à une formation pour juge-arbitres. Une formation dispensée par la World Association of Kick-Boxing Organization, notamment par le responsable de la commission des juge-arbitres, l’Estonien Yuri Lakhtikov. Selon Judex Jeannot, les trois membres animeront prochainement une formation à l’intention des juge-arbitres locaux, avant la tenue de la première compétition de septembre prochain.

Demande des entraîneurs : Combat-test les mardis à Roche Brunes

Les entraîneurs régionaux ont demandé que certains de leurs meilleurs boxeurs puissent disputer des combats-test, les mardis au J&J Gymnasium à Roche Brunes. « C’est une très bonne proposition et désormais, ces boxeurs pourront agir en tant que sparring partners avec les boxeurs de l’élite. Ce qui leur permettra de progresser davantage et aussi aux entraîneurs de mieux les évaluer », explique Judex Jeannot. Ce dernier a rappelé l’importance de la rencontre avec les entraîneurs, prévue chaque deux mois, dont la reprise s’est faite dimanche dernier. « Il est très important de communiquer et favoriser ce moment de partage nécessaire pour le bien-être de la discipline. »