- Publicité -

Kickboxing – Championnats du monde seniors (Low-Kick) en Italie : L’argent pour Annaëlle Coret

La kickboxeuse Annaëlle Coret avait rendez-vous samedi, avec l’histoire à Jesolo, en Italie. En effet, la Mauricienne n’était qu’à un pas, d’être couronnée championne du monde, des moins de 56 kg, en low-kick. Malheureusement pour la tireuse, elle n’est pas devenue la première championne de l’histoire du kick-boxing mauricien, ayant perdu sa finale, face à la Française Julina Nilusmas.

- Publicité -

À noter que Maurice a commencé à participer aux Mondiaux seniors de la World Association of Kick-boxing Organizations (WAKO) en 1999, et, Annaëlle Coret est la deuxième Mauricienne à avoir été sélectionnée par Judex Jeannot, pour y prendre part. Avant elle, seule Jessica Jocelyn avait été de la partie, lors des Championnats du monde de 2017, en Hongrie. Elle avait été battue au premier tour du tournoi low-kick des -52 kg. Quoi qu’il en soit, c’est une sacrée performance, réalisée par Coret qui gagne en expérience et qui sera encore plus à craindre à l’avenir.

Les championnats du monde de kickboxing a pris fin hier, en Italie. Éloignée des compétitions depuis 22 mois, la sélection mauricienne s’en sort avec une médaille d’argent grâce à Annaëlle Coret (-56 et trois de bronze par l’entremise de Fabrice Bauluck (-54kg, low-kick), Warren Robertson (-54kg, full-contact) et Cédrick Dinally (-51kg, low-kick). Face à la double championne du monde en titre, la Française Juliana Nilusmas, la Mauricienne Annaëlle Coret n’a pu se défendre. L’écart de niveau s’est fait sentir entre les deux tireuses. Malgré après avoir validé son ticket en demi-finale, face à la Russe Kristina Ismailova (2-1), Coret s’est inclinée sur le score de 0-3. Toutefois, la protégée du Directeur technique national (DTN), Judex Jeannot, ne doit pas rougir de cette déconvenue, car elle a d’ores et déjà inscrit son nom, au panthéon de la discipline locale, étant la première tireuse, à atteindre une finale aux championnats du monde. « Son adversaire a été au-dessus et son expérience a fait la différence. Annaëlle  avait bien débuté son combat, mais la suite a été un peu brouillée. Mais il y a du progrès dans sa jeune carrière, en 2019, elle avait pris la troisième place, en full-contact et là l’argent en low-kick. Je suis satisfait de sa prestation et elle a encore une grande marge de progression qui l’attend », nous déclare Judex Jeannot.

Les trois éléments masculins, ont dû se contenter des médailles de bronze. low-kick). Les trois tireurs ont perdu respectivement contre le Russe Ivan Buldakov, Azerbaïdjanais Jamal Mammadov et le Turc Samet Oruc, tous sur le score de 0-3, lors des demi-finales. « Leurs adversaires ont été au-dessus. Fabrice a tout donné mais le Russe, qui a battu le triple champion du monde en quart, a été plus fort. Par rapport à Warren, il a une certaine déception, car il a mélangé précision et précipitation. Il n’a pas pu boxer comme d’habitude et cette défaite est logique. Quant à Cédrick, j’ai des regrets car c’est le manque de compétition qui lui coûte sa qualification ».

Si en septembre dernier, lors de la Coupe du monde en Hongrie, les trois éléments masculins avaient décroché l’or, cette fois-ci, ils doivent se contenter d’une autre couleur. « Il ne faut pas comparer ses deux compétitions, car le niveau n’est pas le même. Je reste perplexe par rapport à l’avenir du kick mauricien, car si en Europe, les tireurs enchaînent les combats, à Maurice nous ne bénéficions pas de cette possibilité. En voyant le niveau actuel, je me dis que pour les prochaines années, ce sera encore plus compliquée que de s’imposer lors de ces championnats », souligne le DTN.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour