(Photo by Vincenzo PINTO / AFP)

Au moment où les bonnes nouvelles sur un vaccin contre le Covid-19 apportent une bouffée d’optimisme, la méfiance du public envers l’immunisation pourrait rendre inutile le plus efficace des produits, avertit la responsable de la division immunisation de l’OMS.

« Un vaccin qui reste dans un congélateur ou un réfrigérateur ou sur une étagère et n’est pas utilisé ne fait rien pour enrayer cette pandémie », a expliqué vendredi Katherine O’Brien à l’AFP dans un entretien par visioconférence.

Lundi, l’Américain Pfizer et l’Allemand BioNTech ont annoncé que leur vaccin était efficace à 90%, selon des résultats préliminaires de leur vaccin testé en phase III sur plus de 40.000 personnes.

La professeure O’Brien a jugé que ces résultats, même préliminaires, étaient « extrêmement importants » et elle a dit espérer que les données de plusieurs autres vaccins, eux aussi en dernière phase de tests humains, suivraient bientôt.

Si les données complètes montrent que « un ou plusieurs de ces vaccins sont très, très efficaces ce serait une bonne nouvelle pour doter notre boîte à outils d’un nouvel instrument contre la pandémie », a-t-elle souligné.

Mais, elle est profondément inquiète de la désinformation et des théories du complot qui font croître les rangs des anti-vaccin, alors que la pandémie est loin d’être maîtrisée et qu’elle a déjà fait près de 1,3 million de morts.

Il faut accroître « la confiance dans le fait que l’OMS ne fera aucune concession sur la sûreté ou l’efficacité des vaccins qu’elle évalue ».

– Gigantesque défi logistique –

Le docteur O’Brien a reconnu qu’il restait un certain nombre d’inconnues importantes concernant les candidats vaccins, comme la durée de protection qu’ils pourront offrir et peut-être tout aussi important la grande question: « cela change-t-il la probabilité que vous puissiez transmettre (la maladie) à quelqu’un d’autre? ».

L’OMS table sur l’arrivée de ces vaccins dans les mois qui viennent mais se prépare sans attendre au gigantesque défi logistique que représente l’inoculation de milliards de personnes aussi vite que possible.

En attendant l’OMS a mis au point des recommandations pour donner les premiers vaccins à ceux qui en ont le plus besoin.

« L’objectif est que chaque pays soit en mesure de vacciner 20% de sa population d’ici à la fin 2021, ce qui contribuerait réellement à répondre aux besoins du personnel de santé et des populations les plus prioritaires, puis, comme l’offre va continuer de s’accroître, nous nous attendons à recevoir beaucoup plus de doses en 2022 », explique Katherine O’Brien.

L’accès dépendra aussi de la capacité à fabriquer les vaccins en quantités astronomiques, à les conditionner, les transporter parfois en les maintenant congelés à de très basses températures et ensuite à trouver le personnel suffisant pour les injecter.

« Un vaccin très efficace, sûr et pouvant être fabriqué n’a de valeur pour la santé publique que s’il parvient effectivement aux personnes qu’il doit protéger et s’il est largement utilisé par les populations. C’est le prochain défi qui nous attend », a-t-elle estimé.

« J’ai entendu récemment une analogie selon laquelle faire la démonstration de l’efficacité et de la sécurité (d’un vaccin) est comme établir un camp de base au pied de l’Everest.

« Mais en réalité, pour arriver à un réel impact des vaccins, c’est au niveau de sa distribution que cela se joue et cela veut dire escalader l’Everest », a souligné Katherine O’Brien.