Les trois gagnants posant avec leur chèque

La dernière étape du programme Test Drive organisé par l’incubateur La Turbine a eu leu vendredi dernier. Trois projets se sont distingués et les gagnants se sont vus remettre une somme de Rs 75 000 chacun. Ces projets sont Met enn Koste, Kare Ver et FlitRides. Ce dernier a été sponsorisé par Spoon Consulting, tandis que Met enn Koste a été récompensé par PwC et Kare Ver par le groupe MCB.

Au total, sept équipes ont participé à cette 4e édition de « Test Drive » de La Turbine, incubateur et accélérateur du groupe ENL. Elles ont eu, comme le veut la tradition, trois minutes pour présenter leur « pitch » et convaincre le jury. Il fallait faire vite et bien. En participant à ce programme d’accompagnement, ces aspirants entrepreneurs ont bénéficié gratuitement de l’encadrement de plusieurs experts pour les aider à structurer leur idée et en faire un « business plan ».

Durant le confinement, les différents « workshops » se sont déroulés à travers l’application Zoom et ont été animés par les partenaires et experts de La Turbine, qui ont adapté leurs méthodes d’apprentissage. Pour cette édition Test Drive, La Turbine a bénéficié des groupes MCB, PwC et Spoon Consulting. Grâce à ce partenariat, les trois projets les plus impactant, prometteurs et novateurs ont pu décrocher un chèque de Rs 75 000. Les quatre autres finalistes étaient Homieal, Smart Sanitizer, Self-Directed Learning et MyLicence.mu.

Diane Maigrot, responsable de La Turbine, explique que cette année, « le niveau est encore là et peut-être meilleur ». Elle ajoute que l’incubateur a aidé 95 idées « à prendre forme en « business plan « et en « pitch » ». Il a accompagné ces 95 aspirants entrepreneurs, dont 22 projets ont été développés, tandis que leurs promoteurs ont suivi le programme de La Turbine. Quinze projets sont encore actifs « et continuent de grandir », souligne Diane Maigrot.

La première équipe à avoir décroché un prix vendredi était celle de FlitRides, projet présenté par Samuel Tolotra, passionné d’intelligence artificielle, de « blockchain » et de robotique. Samuel Tolotra a fait ses études à la Glasgow Caledonian University pour devenir Electronics & Software Engineer. FlitRides est une application un peu similaire à Uber, sauf que les prix ne sont pas imposés. Interrogé par le jury, le promoteur a indiqué qu’il gagnera de l’argent par le biais de commissions sur les transactions. FlitRides est à la recherche d’un investissement de Rs 375 000 pour ses dépenses opérationnelles.

Kare Ver, deuxième projet primé par le jury, s’est basé, lui, sur le fait que le jardinage « a explosé pendant le confinement ». Brando Quirin, le promoteur, a utilisé l’humour pour interpeller le jury. Ainsi, par manque de connaissances et manque d’équipements, entre autres, plusieurs personnes n’ont pas réussi dans leur tentative de jardinage. « On a créé Kare Ver, qui propose des semences, selon les besoins. En 45 jours, vous pouvez produire assez de légumes pour dix personnes. Il y a un système d’arrosage inclus et un abri contre les insectes. Les plantes grandissent vite. Nos offres commencent de Rs 100 à Rs 1 000. Nous ciblons 93 000 foyers mauriciens, en particulier ceux avec des enfants. » En créant Kare Ver, Brando Quirin avait une vision, celle de créer une île Maurice résiliente sur le plan alimentaire. Ce jeune homme, qui travaillait dans le secteur touristique, a décidé de tout abandonner du jour au lendemain pour se lancer dans sa passion : l’agriculture. L’épidémie de coronavirus l’a conforté dans son initiative, surtout que l’autosuffisance alimentaire est un leitmotiv qui revient souvent ces dernières semaines.

Enfin, le projet Mett enn Koste est un projet porté par Marie Lasplaces et Hishaam Ibrahim. Il permet aux individus de créer leur propre cagnotte en ligne et, ainsi, de lever une somme pour, par exemple, financer un cadeau d’anniversaire. « Tout le monde contribue. C’est le premier site qui permet de collecter et dépenser de l’argent. Nous, nous gagnons en termes de frais de service sur le montant total de chaque cagnotte, et nous comptons aussi louer des espaces publicitaires sur le site », expliquent Hishaam Ibrahim et Marie Lasplaces. Actuellement, Mett enn Koste a besoin d’un compte bancaire et souhaite lever Rs 300 000 en capital.

Fonctionnant un peu à la manière de Small Steps Matters ou encore Fundkiss, ce projet n’opérera toutefois pas dans le même segment que ses prédécesseurs. « Nous visons plutôt le financement d’un cadeau commun. » Interrogé sur les risques liés à la fraude financière, etc., les deux responsables ont assuré qu’il y a « des éléments de KYC sur notre site pour s’assurer qu’on ait une traçabilité » de l’argent. « On ne prend aucun argent liquide, tout se fait par virement bancaire. »

Les quatre autres projets présentés au jury vendredi comprenaient aussi MyLicense.mu, qui vise à offrir une plateforme afin de faciliter l’obtention du permis de conduire, car actuellement le taux d’échec serait de 50 %. Le promoteur souligne : « Nous avons mis en place une plateforme pour faire votre permis en ligne. Notre coeur de cible est la tranche 15 à 64 ans. Nous mettrons en place un accompagnement pédagogique pour les apprentis conducteurs. L’objectif est de bâtir une communauté de conducteurs. À travers notre plateforme, vous bénéficierez d’un abonnement et de tests en ligne pour vous auto-évaluer avant de passer le test du permis de conduire. Nous prévoyons d’être rentables dès la première année, puis on restera stable. Nous cherchons un financement de Rs 1 million. »

Dominic Provençal de la MCB remettant le prix de Most impactful Business ideas à Brando Quirin de Kare Ver

Il y avait aussi le projet Homieal, dont la responsable s’est basée sur le fait qu’il existe plus de 227 millions de personnes expatriées dans le monde et qui aimeraient bien consommer les plats typiques de leurs pays d’origine. Pour cela, elle compte mettre en place un réseau de cuisiniers dans divers pays, en commençant par Maurice, puis le Kenya et l’Ouganda. La responsable souhaite décrocher un financement de Rs 500 000 pour lancer son projet.

Hishaam Ibrahim et Marie Lesplaces de Met Enn Koste! remportant le prix de Most Promising Business idean

Le projet Smart Sanitizer (présenté par le groupe Bonnier) est, lui, comme son nom l’indique, un distributeur de gel hydroalcoolique, incassable et qui peut être installé à l’extérieur. Disponible en divers coloris, il peut également servir de support publicitaire. Ces distributeurs sont fabriqués notamment par Forges Tardieu. Les promoteurs visent 10 % des hôtels dans un premier temps. Ils ont besoin d’une somme de Rs 700 000 pour lancer leur business. Interrogés par le jury, ils ont expliqué qu’après la Covid-19, ces distributeurs peuvent distribuer autre chose que du gel. Enfin, il y a eu le site Apran.mu, une application mobile basée sur le concept de « self-directed learning ».

Pour rappel, La Turbine s’est fixée pour mission de construire un environnement propice à l’innovation et l’entrepreneuriat à Maurice. Elle accompagne les particuliers dans leur parcours et apporte aux « start-up » incubées un réseau de professionnels, un espace de travail, des conseils, du coaching, de l’expertise et de la visibilité. La Turbine est accréditée par le Mauritius Research and Innovation Council, qui finance 50 % des frais d’opération de l’incubateur, les autres 50 % étant financés par le groupe ENL.