Une enquête a été initiée sur une équipe de l’Anti Robbery Squad (ARS) suite à une plainte logée contre des policiers de cette unité pour « abus de pouvoirs ». Les faits remontent à samedi, lorsque le plaignant, un jeune homme de 21 ans, a été sommé de quitter le poste de police de Lallmatie alors que venaient d’y entrer deux policiers contre lesquels il venait porter plainte.

Dans sa version, le jeune homme explique que ce jour-là, vers 10h45, il se rendait à la pharmacie à bicyclette sur la route principale de Belvédère pour y acheter des médicaments lorsque, arrivé près d’un lieu de culte, une voiture noire s’est arrêtée à sa hauteur. Trois occupants, en tenue civile, en seraient alors sortis et se seraient présentés comme étant des policiers, sans toutefois lui présenter de document prouvant qu’ils appartenaient effectivement aux forces de l’ordre. L’un d’eux aurait ensuite demandé au plaignant la raison de sa présence en pleine rue en période de couvre-feu sanitaire, ce à quoi l’intéressé leur aurait répondu qu’il se rendait à la pharmacie.

Mais les choses ne se seraient pas arrêtées là. Les policiers lui auraient en effet ensuite demandé de rentrer dans leur véhicule. Après quoi, ils l’auraient « injurié » car le plaignant ne portait pas de masque. Et ce dernier d’avancer qu’il se rendait justement à la pharmacie afin d’en acheter. Non satisfaits de cette explication, les trois hommes l’auraient alors fouillé puis auraient saisi une somme de Rs 2 000 qui se trouvait dans sa poche. Le tout, selon le plaignant, sans son consentement. Après quoi les policiers lui auraient demandé de partir, sans toutefois le verbaliser.

Ayant la description des policiers en question, dont le visage était cependant couvert par des masques, ainsi que le numéro d’immatriculation du véhicule, le plaignant est alors parti au poste de Lallmatie, pensant en effet avoir eu affaire à de faux policiers. Le responsable du poste lui a alors demandé de patienter, en attendant qu’un policier enregistre sa déposition. Sauf qu’entretemps, la fameuse « voiture noire » est arrivée dans l’enceinte du poste de police. Deux de ses occupants, policiers, se sont alors dirigés vers la Charge Room, où ils se sont disputés avec le plaignant. Ils ont alors fait comprendre au sergent responsable du poste qu’ils sont officiers de l’ARS, déclinant même leur identité. Cependant, le sergent en question leur a demandé de ne pas interférer avec le plaignant afin d’éviter tout préjudice à l’enquête.

Un des constables de l’ARS a ensuite demandé au sergent d’introduire une entrée dans le « Diary Book ». Ce que le sergent a accepté, avertissant néanmoins le constable qu’il devait au préalable l’informer de la nature de l’entrée en question. Finalement, l’officier de l’ARS a quitté la Charge Room. Après quoi le sergent de police a fait une entrée dans le « Diary Book » pour expliquer l’incident survenu dans l’enceinte du poste de police, tout en précisant que la scène a été enregistrée par les caméras de surveillance du poste. Les Casernes centrales ont demandé qu’une enquête soit initiée pour tirer l’histoire au clair.