L’ambassade de France à Maurice et le ministère de l’Environnement ont célébré le 5e anniversaire de l’Accord de Paris sur le climat ce vendredi, 18 décembre. Cet accord, dont l’adoption a été l’aboutissement de plus de 20 ans de discussions climatiques, célèbre l’exceptionnelle mobilisation de la communauté internationale autour du premier consensus universel sur le climat.

Pour l’ambassadrice de France à Maurice, Florence Caussé-Tissier, cet accord demeure la meilleure boussole dans les tempêtes qui bouleversent le présent et celles qui menacent l’avenir.

« Les états membres doivent accélérer le pas, tous ensemble, pour ne pas rendre vaine la promesse faite à Paris en 2015. Se tourner vers l’avenir et rester dans l’action, c’est oeuvrer au renforcement des engagements des pays afin d’atteindre les objectifs de l’accord », a déclaré l’ambassadrice.

Pour elle, l’avenir mène à la coopération avec davantage d’acteurs non étatiques, comme les entreprises, les ONG, et les associations.

« Leur contribution est reconnue dans l’accord de Paris avec ce qu’on appelle l’agenda de l’action, qui promeut l’action climatique à travers les coalitions qui représentent chaque secteur de l’économie », a soutenu Florence Caussé-Tissier.

« Une nouvelle île ».

L’accord a pour objectif de contenir la hausse des températures en deçà de 2°C, et de s’efforcer à la limiter à 1,5°C. L’accord organise ainsi le rehaussement progressif des engagements des pays et prévoit un soutient aux pays en développement.

Selon l’Ambassade de France, Maurice s’investit pleinement dans la mise en oeuvre de l’Accord de Paris, avec l’objectif de réduire de 30% d’ici à 2030 ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, et de consacrer 75% des investissements à venir aux mesures d’adaptation.

Le ministre de l’Environnement, Kavy Ramano, a, pour sa part, affirmé que la mesure phare de cette année, malgré la Covid-19, reste le Climat Change Bill, qui a pour objectif une meilleure gestion du changement climatique.

« Le développement d’une nouvelle île Maurice passera par l’engagement de tous. Nous allons garder un dialogue structuré avec nos partenaires. Le monde après la Covid-19 ne sera plus le même », a-t-il fait comprendre.