Photo illustration

Le Bangladesh a commencé à administrer des doses de vaccin contre le Covid-19 aux travailleuses du sexe dans la plus grande maison close de ce pays, un immense dédale de cabanes où vivent environ 1.900 prostituées.

Ce pays d’Asie du Sud, qui a jusqu’ici injecté le vaccin d’AstraZeneca à près de trois millions de personnes âgées de 40 ans ou plus, a supprimé les restrictions liées à l’âge pour les prostituées dans la ville de Daulatdia (Ouest).

« Au moins cent travailleuses du sexe ont déjà reçu des injections contre le Covid-19 », a annoncé à l’AFP Asif Mahmud, le chef des autorités de santé à Daulatdia.

« Il est absolument nécessaire de vacciner les professionnelles du sexe. (…) Des milliers de personnes se rendent dans cette maison close tous les jours » et les prostituées sont « les plus vulnérables au virus », a-t-il expliqué.

Le Bangladesh est l’un des rares pays musulmans où la prostitution est légale pour les femmes âgées de plus de 18 ans, et au moins onze maisons closes sont ouvertes dans ce pays de 168 millions d’habitants.

En mars, les autorités avaient limité l’accès à ces établissements lorsqu’elles avaient imposé un confinement d’un mois dans le pays, frappant durement les revenus des prostituées et en poussant certaines à travailler dans la rue.

Le pays, qui a lancé sa campagne de vaccination il y a près d’un mois, a d’abord ciblé les personnes âgées, le personnel de santé travaillant en première ligne et les forces de sécurité, mais prévoit de vacciner environ 80% de sa population.

Le Bangladesh a commandé quelque 30 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca auprès du Serum Institute of India, le plus grand fabricant de vaccins au monde, et doit en recevoir 68 millions d’autres via le programme mondial Covax destiné à aider les pays les plus pauvres.

Plus de 8.300 personnes sont mortes du coronavirus et près de 545.000 cas ont été recensés dans le pays depuis le début de la pandémie.