Le chanteur Jean Marc Empeigne (36 ans), plus connu comme « Double K » sur la scène mauricienne, a été arrêté hier soir chez lui, à Roche-Bois, pour trafic d’héroïne. L’ADSU disposait d’informations selon lesquelles le trentenaire était devenu un maillon fort d’un réseau de drogue opérant dans ce faubourg de la capitale. D’ailleurs, ses fréquentations ont éveillé les soupçons de la police. Ayant eu vent que le suspect allait réceptionner une quantité d’héroïne, l’équipe de l’inspecteur Lepois a monté une opération hier non loin de la maison de l’artiste.

L’équipe Alpha 6 a monté la garde depuis l’après-midi et les enquêteurs ont scruté les entrées et sorties chez Double K. C’est vers 19h qu’ils ont investi la maison du suspect, qui était surpris de voir les policiers chez lui. Dans un premier temps, il a prétendu que l’ADSU a eu de faux renseignements sur lui et avance qu’il n’est pas mêlé dans un quelconque trafic de drogue. Une fouille a été effectuée en sa présence et la police est tombée sur un sac en plastique renfermant des boulettes d’héroïne dont la valeur marchande est estimée à Rs 1 875 000. Interrogé sur la présence de cette drogue, le suspect est resté silencieux.

Au vu de la manière dont la drogue était emballée, l’ADSU soupçonne que c’est une mule qui a pu traverser les mailles des autorités au port ou à l’aéroport. La police a aussi réquisitionné le cellulaire de Jean Marc Empeigne. Ce dernier a été conduit au quartier général de l’ADSU, aux Casernes centrales, pour les procédures de son arrestation. Par la suite, il a été placé en détention en attendant son inculpation provisoire en justice pour trafic de drogue.

Ce n’est pas la première fois que Double K fait face à des démêlés avec la police. En décembre 2017, celle de Bain des Dames l’avait arrêté suite à une plainte pour agression sexuelle. La victime avait avancé qu’elle sortait d’une soirée, à Cité-Vallijee, et s’est rendue sur l’arrêt d’autobus pour attendre le transport. Le suspect, en voiture, a proposé de la raccompagner. La plaignante avait déclaré que l’artiste l’a emmenée dans une maison, où il l’a agressée sexuellement sous la menace d’un couteau.