(Photo by - / AFP)

À ce jour, les autorités n’ont donné aucune indication sur la date de la réouverture de Pointe-d’Esny et encore moins les raisons pour lesquelles la plage reste inaccessible au public et aux habitants du coin. Selon toutes probabilités, ce sont les travaux de démantèlement de la poupe du MV Wakashio qui détermineront le retour du public à Pointe-d’Esny. Cet exercice devrait commencer avant la fin de décembre et pourrait durer plusieurs mois. Est-ce que la plage sera fermée et la mer interdite durant tout le temps que durera l’opération ? Nous avons contacté les autorités… en vain.

Il y a quelques semaines, lors d’une réunion de concertation entre différentes parties — dont le ministère de l’Environnement — concernées par la réouverture de Blue-Bay, la date du démantèlement de la poupe du MV Wakashio avait été évoquée. Toutefois, selon nos informations, tant que la société chinoise retenue par Japan P & I Club, l’assureur du vraquier pour le démantèlement du MV Wakashio, ne sera certaine que la poupe ne contient aucune trace d’hydrocarbure susceptible de se répandre lors de l’opération, Pointe-d’Esny devrait rester fermée. En outre, il est plus que certain que le démantèlement de la poupe ne sera pas sans tort à l’environnement marin. La poupe, encore bien visible, est toujours bloquée sur les récifs à un peu moins de 3 km de la plage. En l’absence des spécialistes chinois, les autorités mauriciennes ont encore du mal à communiquer sur le démantèlement de ce qui reste du vraquier et ce que cela implique pour le public.

Par ailleurs, la durée de l’opération en cette saison cyclonique est aléatoire. Et l’arrivée d’un cyclone avant un démantèlement est aussi à craindre, car si la poupe contient encore des produits nocifs pour l’écosystème marin, la force des vagues et la mer houleuse ne pourront qu’empirer les choses. Ce qui fait dire à certains scientifiques qui effectuent encore des travaux sur les dégâts causés par la marée noire que le temps presse.