Andry Rajoelina

Malgré l’augmentation du nombre des contaminations, le président malgache Andry Rajoelina a défendu dimanche soir son remède, le Covid Organics, affirmant que sans cette potion supposée être efficace contre le coronavirus, son pays aurait vu « des cadavres éparpillés dans la rue ».

« On a évité le pire », a dit Andry Rajoelina. « Si on n’avait pas eu le CVO (Covid Organics, une tisane à base de plantes), on aurait eu droit à des cadavres éparpillés dans la rue ».

Madagascar a enregistré plus de 13.000 cas de coronavirus depuis mars, dont 148 décès. Les nouveaux cas se comptent en centaines par jour et les hôpitaux sont bondés.

Mais pour le président malgache, l’épidémie de peste qui a ravagé son pays en 2017 était bien plus grave (209 morts entre le 1er août et le 27 novembre 2017).

Selon Andry Rajoelina, le taux de mortalité lié au coronavirus est de moins de 1% à Madagascar, contre une moyenne de 2% en Afrique, et 3% dans le monde.

Plus de 1.390.000 familles ont reçu du Covid Organics dans tout Madagascar, dont 577.000 familles pour la région d’Analamanga où se troube la capitale Antananarivo, durant ces quatre mois de pandémie, selon le président malgache.

Pourtant, en juillet, le ministre de la Santé malgache Ahmad Ahmad avait adressé aux « agences et institutions partenaires du développement sanitaire » une « requête urgente pour l’appui à la lutte » contre le Covid-19 – une aide internationale contre le coronavirus.

« L’épidémie de Covid-19 évolue ces dernières semaines selon un mode très critique à Madagascar avec des flambées épidémiques importantes dans quelques régions, en particulier dans la ville d’Antananarivo », selon cette lettre signée par le ministre, qui lui a valu un réprimande de la part du gouvernement.

Mais le pire est passé, a assuré le président malgache, selon qui l’épidémie, si elle ne décroît pas encore, est en phase de stabilisation, justifiant le déconfinement de la ville portuaire de Toamasina (est) et le déconfinement partiel d’Antananarivo et ses environs.

L’État malgache maintient le port de masque obligatoire et la suspension des transports en commun. Les écoles restent fermées.

Les fonctionnaires doivent reprendre le travail lundi, ainsi que les restaurants. Les travailleurs du secteur privé de la capitale pourront travailler jusqu’à 17H00, au lieu de 13H00 auparavant.