A man looks at a road inundated by floodwaters in Richmond suburb on March 22, 2021, as Sydney braced for its worst flooding in decades after record rainfall caused its largest dam to overflow and as deluges prompted mandatory mass evacuation orders along Australia's east coast. (Photo by Saeed KHAN / AFP)

Le sud-est de l’Australie était toujours en proie lundi à des pluies diluviennes aggravant la situation sur le front d’inondations qui ont contraint des milliers de personnes à évacuer, et provoqué la fermeture de centaines d’écoles.

De nombreuses zones du littoral de la Nouvelle-Galles du Sud, l’Etat le plus peuplé du pays, sont sous les eaux, y compris des quartiers de Sydney qui n’avaient plus connu une telle montée des eaux depuis des décennies.

Lundi, huit millions d’habitants ont été invités à éviter les déplacements non nécessaires et à travailler de chez eux quand ils le peuvent. Certaines zones ont reçu 250 mm de précipitations en 24 heures.

Le contraste est grand avec la fin 2019, quand cette région avait été confrontée à des feux de forêt sans précédént et à des restrictions d’eau, en raison d’une longue période de sécheresse.

Les chercheurs ont averti que l’Australie devrait être particulièrement confrontée aux phénomènes météorologiques extrêmes en raison du réchauffement climatique.

La Première ministre de Nouvelle-Galles du Sud Gladys Berejiklian a indiqué que 18.000 personnes avaient reçu pour consigne d’évacuer, et que 38 régions avaient été déclarées en état de catastrophe naturelle.

« Je ne sais pas quand, dans l’histoire, nous avons été confrontés à un tel enchaînement de phénomènes météorologiques extrêmes au beau milieu d’une pandémie », a-t-elle dit.

Les services d’urgence ont reçu au moins 8.800 appels à l’aide depuis le début de la crise et porté assistance à des centaines de personnes.

La Mid North Coast, au nord de Sydney, a été la région la plus touchée. Mme Berejiklian a affirmé que cette zone était frappée par une catastrophe qui arrive « une fois par siècle ».

Autour de Sydney, dans la vallée d’ Hawkesbury-Nepean, les fleuves devraient atteindre des niveaux qui n’ont plus été vus depuis 1961. En amont, le barrage Warragamba, qui fournit l’essentiel de l’eau potable de Sydney, a commencé à déborder samedi après-midi.

Dans certaines zones, des habitants ont été autorisés à revenir chez eux à la faveur d’un début de décrue.

Plus de 200 écoles ont été fermées.

Le Bureau météorologique a annoncé que les conditions demeureraient compliquées lundi, avant que la situation ne s’améliore dans la semaine.

hr/arb/jac/ob