Le tourisme mondial a relevé la tête en juillet, grâce à l’avancée de la vaccination et à de moindres restrictions, mais reste encore très loin de ses niveaux d’avant la pandémie, a indiqué lundi l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT).

En juillet, 54 millions de touristes internationaux ont été recensés à travers le monde, le chiffre le plus élevé enregistré depuis avril 2020, au début de la crise sanitaire, selon un communiqué de cette agence de l’Onu basée à Madrid. Soit une progression de 58% par rapport aux 34 millions de touristes de juillet 2020.

Mais ce chiffre reste en revanche encore très éloigné des 164 millions de juillet 2019.

« Cette amélioration tient à la réouverture de nombreuses destinations aux voyageurs internationaux, principalement en Europe et dans les Amériques » ainsi qu' »aux progrès du déploiement des vaccins contre la COVID-19″ qui ont permis de « rétablir progressivement des conditions sûres de mobilité en Europe et dans d’autres régions du monde », souligne l’OMT.

« Cependant, 2021 reste une année difficile pour le tourisme mondial, les arrivées internationales de janvier à juillet étant de 80% inférieures à leur niveau de 2019 », ajoute l’organisation.

Sur cette période, l’Asie-Pacifique a connu la plus forte chute du nombre de voyageurs par rapport à 2019 (-95%), suivie par le Moyen-orient (-82%), l’Europe et l’Afrique (-77% pour les deux) et enfin les Amériques (-68%).

Seules de petites îles des Caraïbes, d’Afrique ou d’Asie-Pacifique ainsi que de petites destinations européennes ont connu un nombre d’arrivées proche des niveaux d’avant la pandémie ou parfois supérieur, note l’OMT.

L’Espagne, qui était avant la pandémie la deuxième destination touristique mondiale, a annoncé de son côté lundi avoir reçu 15 millions de touristes sur les huit premiers mois de l’année, soit 4,2% de moins que sur la même période de 2020 (15,7 millions).

Une statistique qui remet en cause l’objectif du gouvernement de recevoir 45 millions de touristes sur l’ensemble de l’année, soit un peu plus de la moitié du chiffre de 2019.

« La véritable reprise du tourisme avec les bienfaits qui l’accompagnent se fait encore attendre, en raison du manque de cohérence des règles et des dispositions réglementaires et des disparités au niveau des taux de vaccination, qui continuent de saper la confiance pour voyager », a déclaré le secrétaire général de l’OMT, Zurab Pololikasvili, cité dans le communiqué.

En termes de perspectives, l’OMT table sur un « rebond » du tourisme mondial en 2022 mais pense que le secteur ne retrouvera ses niveaux d’avant crise qu’à partir de 2023 ou 2024.