Photo illustration

Les motocyclistes toujours les plus touchés (38,6%)

Ce sont les reculs de 42% et 44% des mois du lockdown d’avril et de mai 2020 par rapport à 2019 qui expliquent l’essentiel de cette baisse mais…

Le lockdown lié à la Covid-19 a largement influencé la baisse générale des accidents mortels et de la mortalité routière depuis le début de l’année. Les reculs des accidents mortels qui sont passés de 16 à 9 en avril et mai entre 2019 et 2020 ont baissé le taux des accidents de 43,8% et des morts sur la route de 24,6 % pendant cette période, puisqu’ils sont également passés de 16 à 9 pendant ces deux mois. Ces baisses significatives ont largement influencé les résultats généraux à la baisse pour les neuf premiers mois de l’année 2020 avec un taux de 18% des accidents mortels (-16 accidents) et de 18,8% des tués (-18 morts) sur la route.

La baisse amorcée avant le lockdown se poursuit

Il est intéressant de noter qu’avant le lockdown, il y avait déjà une baisse du nombre d’accidents et de morts sur nos routes. Ainsi, entre janvier et mars 2020, le nombre d’accidents mortels avait baissé de 37 à 31 cas et le nombre de morts était passé de 40 à 33, c’est-à-dire des pourcentages de recul de 16,5% et 17,5% respectivement.

Plus étonnant encore, c’est que la baisse s’est poursuivie après le lockdown avec un rythme moins soutenu. En effet, entre juin et août 2020, il y a eu 3 accidents mortels en moins que pendant la même période en 2019, soit un taux de baisse de 8,5%. Quant au nombre de morts, il y en avait quatre en moins sur la même période entre 2019 et 2020, ce qui correspond à un recul de la mortalité routière de 10,2%.

Février et juillet plus mortels en 2020 qu’en 2019

Il est important de signaler que sur les huit premiers mois, si la tendance est à la baisse, il y a néanmoins eu en février (11 contre 7) et en juillet (13 contre 12) plus de morts sur nos routes en 2020 qu’en 2019. Enfin, il y a un mort supplémentaire sur nos routes au 2 septembre. Rappelons que l’an dernier, 7 accidents avaient fait 7 morts pendant le neuvième mois de cette année.

A ce stade, il y a 79 victimes contre 96 à la même époque l’an dernier et 73 accidents fatals contre 89 en 2019. Souhaitons que la tendance à la baisse se poursuive. Un appel à la prudence est donc lancé à nos automobilistes.

Les motocyclistes les plus touchés

Hormis les cyclistes qui ont connu le même nombre de victimes qu’en 2018 avec six tués, toutes les autres catégories ont enregistré des reculs significatifs, en particulier les piétons (-6), les chauffeurs (-5) et les passagers de voitures (-4) qui enregistrent aussi le pourcentage de recul le plus significatif de 36,4%.

Avant le mois de septembre, c’est toujours les motocyclistes qui ont été les victimes les plus importantes sur nos routes avec 30 tués depuis le début de l’année contre 31 l’année dernière, soit presque le même nombre, lockdown ou pas. Ensuite, les piétons toujours très vulnérables avec 19 tués et les conducteurs de voitures avec 11 morts.

Paradoxalement, le type de véhicule touché par les accidents sont les voitures (31%) avec 37 véhicules impliqués sur 121 véhicules impliqués dans des accidents, alors que 34 motocyclettes sont entrés en collision mortelle (27%).

La tranche 26-50 ans et les hommes moins épargnés

Du côté des groupes d’âge, ceux se situant entre 26 et 50 ans ont encore été les plus touchés et ils sont à ce stade de l’année à égalité avec le nombre de l’année dernière, c’est-à-dire 38 tués. Les moins de 15 ans n’ont eu que 2 morts et enregistrent la baisse la plus significative avec 50% de recul. Les baisses les plus marquantes se situent chez les plus âgés, les 51-59 ans avec 6 morts en moins et les seniors (60 ans et+), 5 morts en moins, le même score enregistré chez les 16-25 ans.

Par ailleurs, sur les 78 tués sur nos routes à ce stade, 60 sont des hommes, ce qui représente 87,2% des mortellement accidentés contre 12% chez les femmes (10 morts), ce qui proportionnellement est identique à 2019. Les femmes ont surtout succombé comme piétonnes (5) alors que les hommes comme motocyclistes (30).