Les trois partis de l’opposition parlementaire (Ptr, MMM et PMSD) ont réclamé unanimement un rappel du parlement au vu de la situation actuelle du pays.

Ce samedi 5 septembre, lors de la réunion tripartite tenue à Ébène, il a été indiqué que le leader de l’opposition, Arvin Boolell, ira de l’avant avec une motion si le parlement n’est pas rappelé.

« Nous sommes dans une situation exceptionnelle et le rappel du parlement est le voeux de tous ceux qui ont marché samedi », a déclaré Arvin Boolell.

Pour le leader du MMM, Paul Bérenger, « c’est le pire moment pour donner congé au parlement. » Il demande une Full Fledge Commission of Inquiry, présidée par un ancien juge, pour faire la lumière et des recommandations sur le naufrage du Wakashio.

Selon Xavier-Luc Duval, leader du PMSD, le gouvernement, sous le standing order 9-11, a le pouvoir de rappeler le parlement d’urgence. « Il faut discuter des thèmes du moment et ne pas laisser la démocratie parlementaire être bafoué », soutient-il.

Pour Navin Ramgoolam, leader su PTr, « Il y a une crise dans le pays, le Premier ministre n’écoute pas ce que lui dit la population”.