Photo illustration - AFP

Fin de l’obligation du port du masque à l’extérieur, levée du couvre-feu: la France va retrouver une vie presque normale grâce à une amélioration plus rapide que prévu de la situation sanitaire.

A partir du 20 juin à 06H00 (04H00 GMT), les Français vont ainsi pouvoir sortir sans restriction pour la première fois depuis l’instauration il y a huit mois des premiers couvre-feu pour faire face à la deuxième vague de l’épidémie.

La France suit ainsi l’exemple de plusieurs pays européens, comme la Belgique, tandis que d’autres, dont l’Allemagne ou l’Espagne, s’orientent vers une levée progressive du port du masque.

Avec plus de 110.000 décès depuis le début de la pandémie, la France figure parmi les pays d’Europe les plus touchés par le virus. Et même si la situation sanitaire connaît une embellie, certains experts appellent à la prudence pour contrer l’éventuelle émergence de variants.

Parmi eux, le variant Delta (auparavant appelé « variant indien ») dont plusieurs travaux en laboratoire ont montré qu’il semblait résister davantage aux vaccins que d’autres variants (c’est ce qu’on appelle « l’échappement immunitaire »). Une efficacité sans doute diminuée mais une protection toujours très importante contre le Covid-19, à condition d’avoir reçu deux doses de vaccins.

Comme dans de nombreux pays, la crise sanitaire a aussi provoqué en France des dégâts économiques et sociaux sans précédents. En un an, 360.000 emplois ont été détruits dans le secteur privé et l’Etat a dû débloquer des dizaines de milliards d’euros d’aides directes pour soutenir les entreprises.

« La situation s’améliore plus vite que nous l’avions espéré », a annoncé mercredi le Premier ministre français Jean Castex.

« Il est normal que nous ajustions nos mesures », a-t-il  ajouté, en annonçant que l’obligation du port du masque était levée ce jeudi en extérieur, tout en restant en vigueur dans les lieux clos (commerces, bureaux, transports…), et qu’il n’y aurait plus de couvre-feu à partir de dimanche.

A l’extérieur, il faudra cependant continuer à le porter « quand on se regroupe et quand on se trouve dans un lieu bondé, une file d’attente, sur un marché ou dans les tribunes d’un stade », selon le Premier ministre.

Plusieurs experts s’accordent sur le fait que le port du masque à l’extérieur ne présente « pas beaucoup d’intérêt » pour lutter contre le virus, selon l’épidémiologiste Antoine Flahault, tout en insistant sur l’importance du respect des gestes barrières de base comme le lavage des mains ou la distanciation physique.

 – « Continuer, continuer » à vacciner –

« Cela n’avait pas de sens de le maintenir en extérieur et de continuer à risquer des amendes quand on marche tout seul dans la rue », a commenté Michèle Legeas, professeure à l’Ecole des hautes études en santé publique, auprès de l’AFP.

La France était par ailleurs l’un des derniers pays à maintenir un couvre-feu avec l’Italie et la Grèce. Mais les appels à le lever se sont multipliés ces derniers jours, surtout depuis la dérogation controversée accordée par le gouvernement à Roland-Garros pour que la demi-finale entre Novak Djokovic et Rafael Nadal puisse se terminer en présence de spectateurs.

Jean Castex a averti que la levée du couvre-feu n’empêcherait pas le maintien des protocoles sanitaires pour les lieux publics. Les concerts sauvages suscitant des attroupements sur la voie publique » ne seront pas acceptés, a-t-il prévenu.

Il s’est aussi félicité que les contaminations aient baissé à 3.200 cas quotidiens en moyenne sur sept jours – au plus bas depuis août 2020 – et que moins de 2.000 personnes soient hospitalisées dans les services de réanimation.

Cette amélioration s’explique, selon lui, par « la mobilisation des Français » mais aussi par le « succès de la campagne vaccinale » avec plus de 30 millions de personnes ayant reçu une première dose.

Il faut « continuer, continuer, continuer à nous vacciner », a martelé Jean Castex, en fixant trois objectifs pour la fin août: 40 millions de primo-vaccinés, 35 millions de totalement vaccinés et 85% des plus de 50 ans et des adultes atteints de comorbidités ayant reçu une première dose.