Le Redundancy Board (RB) a déjà commencé à enregistrer des demandes de licenciement au regard de la nouvelle section 72 de la Workers Rights Act sous la COVID-19 (Miscellaneous Provisions) Act. Ces demandes sont déposées par des compagnies en vue de décider si les demandes de licenciement sont justifiées.

À ce jour, le Redundancy Board, présidé par Rashid Hossen, a enregistré une soixantaine de cas. Cette instance, qui a remplacé le défunt Termination of Service Contract Board, traite des demandes de compression de personnel au sein des entreprises ayant plus de 15 employés et générant un chiffre d’affaires supérieur à Rs 25 millions.

Auparavant, toute demande de compression du personnel devait être notifiée au ministère du Travail. Si les demandes de licenciement sont justifiées par le Redundancy Board, les licenciés recevront un mois de salaire.

Le président de cet organisme peut avoir recours à des assesseurs d’expérience dans les relations industrielles pour apporter des expertises.

Une fois la demande de licenciement formulée, le Redundancy Board dispose de 30 jours pour compléter les procédures. Une extension du délai est aussi possible si les deux parties concernées parviennent à trouver un terrain d’entente. Selon les statistiques, le Redundancy Board est habilité à traiter les cas d’au moins 54 000 entreprises, employant plus de 15 employés chacune.