Liverpool's English midfielder Alex Oxlade-Chamberlain (L) vies with AC Milan's France's defender Theo Hernandez during the UEFA Champions League 1st round Group B football match between Liverpool and AC Milan at Anfield in Liverpool, north west England on September 15, 2021. (Photo by Paul ELLIS / AFP)

Après s’être fait peur avec un trou noir de quelques minutes à la fin de la première période, Liverpool a remporté un match spectaculaire (3-2) face à l’AC Milan, mercredi, pour la première journée du groupe B de la Ligue des Champions.

On ne s’ennuie jamais devant un Liverpool-Milan AC. Et celui-ci, même placé tôt dans la compétition – les deux équipes ne s’étaient rencontrées jusqu’ici que lors de deux finales de C1, dont la victoire aux tirs au but des Reds après avoir été menés 3-0, en 2005 à Istanbul– n’a pas dérogé à la règle.

Ligue des Champions ou pas et AC Milan ou pas, Jürgen Klopp avait décidé de faire tourner. Il s’était passé de Sadio Mané devant, remplacé par Divock Origi en attaque, et de Virgil van Dijk derrière, au profit de Joe Gomez qui n’avait joué qu’une petite minute jusqu’ici cette saison, après sa longue blessure l’an dernier.

Pendant 20 minutes, cela a semblé une excellente idée, tant Liverpool a pressé des Milanais peut-être intimidés pour leur retour dans la cour des grands sans leur « grand frère » Zlatan Ibrahimovic.

Fébriles derrière et incapables de remonter le ballon, ils ont été arc-boutés sur leurs cages où Mike Maignan les a gardé dans le match en arrêtant un pénalty, pas très bien tiré,de Mohamed Salah et la reprise de la tête qui avait suivie (14e) alors que le score était déjà de 1-0. Ce n’était que le deuxième pénalty raté par l’Égyptien depuis qu’il est à Liverpool, pour 17 réussis.

Au bout de 20 minutes de jeu, on dénombrait 12 tirs à 0 pour les Reds et le petit but de retard, sur un tir de près de Trent Alexander-Arnold dévié par Fikayo Tomori (9e), semblait très flatteur pour les Italiens dans leur tenue couleur mayonnaise.

Peut-être en sur-régime, Liverpool a levé le pied ensuite, un peu trop sans doute, puisque Milan a enfin pu s’aventurer jusque dans sa surface. Et contre toute attente, sur deux grosses erreurs d’alignement de Gomez, Ante Rebic (1-1, 42e) et Brahim Diaz (1-2, 44e), à la conclusion de deux très jolies actions collectives, ont renversé un match qui semblait fort mal engagé.

La pause est arrivée à point nommé pour que Klopp puisse remettre son équipe à l’endroit et la seconde période a été moins brillante mais bien plus maîtrisée.

Milan a vendu chèrement sa peau, mais une superbe louche d’Origi pour Salah, qui a pu tromper Maignan de près (2-2, 49e) et une demi-volée superbe et imparable de Jordan Henderson après un corner repoussé au premier poteau (3-2, 69e) ont redonné à la partie un score plus conforme à sa physionomie.

Dans ce qui est peut-être le groupe le plus relevé de la compétition, avec l’Atlético et Porto qui se sont neutralisés (0-0), ces trois points sont un très bon départ pour les vainqueurs de 2019, alors que l’AC Milan, qui n’a pas eu à rougir, aura une carte à jouer face aux deux autres adversaires.