© Anne-Christine Poujoulat, AFP

Facile dans la plaine du championnat, le Paris SG attaque sa première grosse ascension de la saison avec un choc contre son rival Manchester City, mardi (23h00) pour la 2e journée de Ligue des champions, revanche de la demi-finale perdue au printemps dernier.

Au-delà des questions de prestige contre une équipe qu’il n’a jamais battue et qui l’a récemment éliminé du dernier carré (2-1, 2-0), le PSG a besoin de points pour ne pas laisser filer les « Citizens », larges vainqueurs du RB Leipzig en ouverture du groupe A (6-3).

Le fameux trio Lionel Messi, Neymar, Kylian Mbappé est particulièrement attendu pour ce rendez-vous, premier sommet de la saison après huit victoires en huit journées de championnat. Surtout après une première européenne décevante pour la « MNM », et pour le PSG, à Bruges (1-1).

« Le vrai test, c’est Manchester City, on n’a pas recruté Messi pour jouer contre Clermont », rigole l’ancien capitaine parisien Eric Rabesandratana.

Si le génie argentin, qui a manqué les deux derniers matches de Ligue 1 pour un coup au genou gauche, est bien remis pour retrouver Pep Guardiola, Mauricio Pochettino devrait disposer de son brelan d’as pour affronter l’entraîneur catalan.

Au sein de la MNM, « Ney » monte en puissance, il reste sur un but sur un penalty provoqué et deux passes décisives géniales lors de ses trois derniers matches.

– « Besoin de jouer ensemble » –

« Il n’est pas encore au sommet de sa forme, mais il est en train revenir au très haut niveau, par palier », note Claude Le Roy, ancien directeur sportif du PSG.

En ce moment, Neymar « est exemplaire », ajoute l’entraîneur globe-trotter. « Il fait pas mal d’efforts défensifs, ce qu’on ne voyait pas beaucoup avant. »

Mbappé lui a un coup de moins bien, peut-être lié à son problème à un pied à Bruges, après s’être montré très efficace en tout début de saison. Il n’a plus trouvé le chemin des filets depuis trois matches, mais le prodige ne reste jamais très longtemps sans marquer…

Et puis il a une petite revanche personnelle à prendre après avoir manqué sur blessure la demi-finale retour en mai dernier.

Bref, le trio se présente dans des états de forme disparates à son premier gros test.

La « MNM » n’a que 125 minutes de vie commune, 50 à Bruges puis 75 contre Lyon (2-1), mais « Rabé », consultant pour France Bleu, n’est « pas réellement inquiet pour ce trio ».

« Ce n’est pas possible qu’ils soient prêts tout de suite. C’est surprenant de voir les critiques, l’impatience, je peux la comprendre, mais la réalité c’est qu’ils ont besoin de jouer ensemble », juge l’ancien défenseur.

– La farandole de City –

« Je ne suis jamais inquiet quand on additionne les talents », abonde Le Roy, « il leur faut développer des habitudes, apprendre les espaces que les autres aiment prendre ».

En outre, la « MNM » mobilise l’attention des défenses. « Ils sont souvent pris en tenaille à deux voire trois », note Le Roy, « mais c’est aussi pour ça qu’un Achraf Hakimi en profite pour marquer deux buts (contre Metz, NDLR), les très bons joueurs de complément mettent le nez à la fenêtre ».

Les milieux Idrissa Gana Gueye (3 buts) et Ander Herrera (4 buts) ont également saisi ces opportunités.

Mais City aussi a du talent, avec sa farandole de joueurs offensifs: Jack Grealish, Phil Foden, Gabriel Jesus, Kevin De Bruyne et Bernardo Silva samedi contre Chelsea, relayés par Riyad Marhez et Raheem Sterling!

Le tout articulé autour d’un pressing qui a étouffé les « Blues », champions d’Europe en titre (1-0).

La « MNM » va donc devoir apporter son écot à la défense. « Ce qui m’inquiète, c’est plus derrière: va-t-on arriver à compenser? », s’interroge Rabesandratana.

Il faut que le trio « fasse des efforts », soutient Le Roy, « mais pas insensés, quelques mètres à faire très vite au départ, pour empêcher les adversaires de faire des dizaines de mètres plus tard dans l’action ».

Angel Di Maria, actif contre Lyon pour aider les demis récupérateurs, ne sera pas là, il purge le deuxième de ses trois matches de suspension, pour son exclusion à Manchester en mai.