Photo archive

Tout était fin prêt pour accueillir les Mauriciens sur l’île, mais les autorités n’ont pas souhaité prendre de risques. Le redémarrage des activités sur l’île aux Aigrettes attendra. Dans un communiqué officiel émis jeudi par la Mauritius Wildlife Fondation, il est ainsi indiqué qu’elle “attend l’aval des autorités.”

“Apres un nettoyage intensif du lagon entre le point d’embarcation et l’ile aux Aigrettes effectué par la firme Polyeco, la MWF considère qu’il y a peu de risques de faire ce court trajet en bateau. Participer à cette visite de l’île aux Aigrettes ne met ni le staff de la MWF, ni le visiteur en contact direct avec l’eau du lagon. Si la surface de la mer paraît propre et normale, les analyses qui nous ont été communiquées démontrent que les résidus pétroliers sont toujours présents dans l’eau du lagon, mais diminuent à mesure que le temps passe”, dit la MWF.

Par ailleurs, en amont de cette ouverture manquée, les oiseaux endémiques, les chauves-souris et reptiles ont été relâchés sur l’île, de même que les plantes qui avaient été mises à l’abri à Mahébourg et à Rivière Noire. En attendant, Polyeco continue à travailler sur le nettoyage du contour de l’île aux Aigrettes, d’autant que les coraux sont encore imprégnés d’huile. “Reprendre les visites permettra à la MWF de sensibiliser les Mauriciens sur l’impact du Wakashio sur la biodiversité, l’écosystème, la flore et la faune terrestre et marine. Nos rangers ont reçu une formation afin d’inclure ce chapitre dans la visite. C’est une opportunité que de pouvoir communiquer à un maximum de Mauriciens l’impact que peut avoir une marée noire à court mais aussi à long terme.

La Wildlife va aussi relancer les activités des deux projets éducatifs Learning with Nature et South East Islets Sensitisation où les bénéficiaires que sont les ONG, associations, étudiants et communautés de la région pourront bénéficier d’une visite gratuite de l’île aux Aigrettes à travers ces projets éducatifs.”