- Publicité -

Linkedin : les données de 500 millions de membres piratées

Le réseau social à vocation professionnelle Linkedin a confirmé qu’un pirate avait mis en vente une base de données incluant les données de centaines de millions d’inscrits sur ce réseau social. Ces données incluent des identifiants, des numéros de téléphone, des e-mails, et elles sont tout simplement publiques, à la vue de tous.

- Publicité -

Après Facebook, c’est au tour de Linkedin d’être frappé par un piratage et une fuite de données massive. Comme Facebook d’ailleurs, cela concernerait 500 millions d’inscrits, et cela représente deux tiers des abonnés à ce réseau social pour les professionnels.

Selon rapport de Cyber News, les pirates ont récupéré une énorme base de données en provenance de Linkedin, et ils ont décidé de les mettre en vente sur le dark Web. Du côté du réseau social, propriété de Microsoft, on confirme l’existence de cette base de données, mais l’enquête interne démontre qu’il ne s’agit pas d’une fuite. Selon Linkedin, les pirates ont simplement récupéré et compilé des données publiques, sans doute via un site tiers.

Il n’en demeure pas moins que ces données incluent les identifiants de compte, les noms complets, les adresses e-mail, les numéros de téléphone, les informations sur le lieu de travail, les sexes et les liens vers d’autres comptes de réseaux sociaux… Le pirate a mis en ligne un extrait comprenant deux millions de comptes, et il le vend pour un montant à quatre chiffres (moins de 10.000 dollars donc).

On ne peut donc pas comparer avec Facebook où des mots de passe avaient été compromis et accessibles dans la base de données, mais il n’en demeure pas moins que ce type de fuite peut entraîner des problèmes de sécurité, qu’il s’agisse de spam, de phishing ou même d’usurpation d’identité. Sans oublier que des hackers, qui disposent de l’identifiant d’un compte, peuvent en chercher et trouver le mot par force brute. Et quand on sait que beaucoup d’utilisateurs choisissent un mot de passe simple, le hacker n’a souvent besoin que de quelques secondes pour le trouver.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour