Les quelques planteurs présents ce matin, lors de la distribution de fruits et légumes sur les neuf points de relais, établis par les autorités, à la frontière de la zone rouge, notamment à La Vigie, Wootun et Solferino, entre autres… ont fait chou blanc. Il n’y a avait pas grande foule pour ce premier exercice qui s’est cependant bien passé pour ceux qui ont répondu à l’appel. Et ce, grâce aux officiers de l’ordre qui ont tout mis en place pour le bon déroulé de l’exercice.

Il n’y avait vraiment pas grand monde à La Vigie ce matin. Au grand dam des autorités d’ailleurs, qui avaient tout prévu pour accommoder les planteurs de la région, dans le parking à l’arrière de la SBM Park. Uniquement deux petits planteurs de Plaine Magnien ont fait le déplacement tôt le matin. “Ki pou arive la ?”, demande un des deux aux policiers. En effet, malgré les annonces faites dans la presse et par les autorités sur cet exercice de “delivery of vegetables and fruits from the red zone”, le message semble ne pas être passé… En effet, ces deux petits planteurs de maïs et de gingembre pensaient voir, comme tous ceux présents ce matin, de nombreux commerçants venus acheter leurs produits, mais ils ont fini par bouger vers le Checkpoint de Camp Fouquereaux où leur client habituel les attendait. “Ils ont tous convergé vers Wootun”, nous indique le Chef inspecteur Rajiv Durbarry, posté au barrage de La Vigie avant de nous indiquer par quelle route passer pour y arriver plus vite.

7h30. Nous décidons donc de nous rendre sur le deuxième Checkpoint à Wootun, soit à 30 minutes de la fin de l’exercice. Arrivés sur place, nous rencontrons in extremis un gros planteur de la Marie venu livrer ses légumes à son client habituel qui a fait le trajet de Flacq. “Ce n’est qu’un premier exercice et c’est normal que les gens soient timides et un peu hésitants le temps de retrouver leurs repères. Pour ceux qui ont participé à l’exercice, tout s’est bien passé et la police a tout mis en oeuvre pour faciliter le transfert de légumes de la zone rouge à d’autres sites”, nous explique un officier du ministère de l’agriculture présent sur les lieux. “Il faut comprendre que cet exercice permet d’une part aux planteurs de la zone rouge d’écouler leur stock et d’autre part de permettre aux autres habitants hors zone rouge d’avoir ces légumes. Ces checkpoints permettent aux autorités de tout superviser, afin que tous ces transferts puissent se faire dans les meilleures conditions possible”, dit-il.

Le prochain exercice est prévu pour mardi prochain. Avis donc aux planteurs de la zone rouge qui souhaiteraient distribuer leurs légumes “lot koté baryer”. Ils devront se munir de leur WAP et de leur Planters’ Card.