Les députés de l’opposition, Patrick Assirvaden, Ritesh Ramful et Farhad Aumeer, ne participeront pas à la prochaine réunion du comité parlementaire de l’ICAC.

Dans un courriel envoyé à la Chief Government Whip, les députés de l’opposition se disent « très préoccupés » car leur demande répétée n’a pas été prise en compte.

En effet, ils demandent que soit inscrit à l’ordre du jour le point relatif aux ressources financières investies par la commission anticorruption dans les différentes enquêtes sur Angus Road, affaire qui concerne le Premier ministre et l’acquisition d’un terrain.

Les députés sont d’avis que l’image de certaines institutions, ternies par des allégations de « pratiques corruptrices », de conflits d’intérêts et de trafic d’influence, exigent une enquête immédiate de la part de l’ICAC. Citant notamment le CEB, la force policière, la STC, la MBC, la MIC et la SBM.

« Malheureusement, en dépit des graves préoccupations susmentionnées auxquelles le pays est confronté, vous semblez vous intéresser davantage à des questions insignifiantes telles que l’approbation des décisions de l’ICAC, l’approbation des procès-verbaux, l’approbation du rapport annuel, la création de postes, etc. Nous ne participerons malheureusement pas à une telle conspiration car nous sommes d’avis que la commission parlementaire a un rôle plus proactif à jouer pour garantir que l’ICAC fonctionne selon les attentes du public », font-il ressortir dans leur courriel.

Pour rappel, les députés de l’opposition avaient vivement critiqué l’agenda du comité parlementaire de l’ICAC, qui s’était réuni pour la première fois le mardi 12 janvier.

Patrick Assirvaden avait d’ailleurs affirmé que, si l’agenda du comité n’évoluait pas, les députés de l’opposition ne s’y présenteraient plus.