Diététicienne, nutritionniste sportif et coach de yoga elle est de bon conseil pour qui veut retrouver un équilibre dans la vie. Beau parcours que celui d’Anya Benoit qui enseigne comment être en phase avec soi.

Si se faire prendre en photo la crispe, parler en live pour des centaines d’internautes est un exercice qu’elle maîtrise parfaitement. “Prendre la pose n’est pas mon truc. Je suis plus à l’aise quand je communique avec les autres”. Lors de notre rencontre avec la diététicienne dans son cabinet à Ebène une fois la séance de photos terminée le naturel revient au galop. Anya Benoit s’est d’abord fait connaître à travers une émission radio quelques années de cela, et elle a vu sa notoriété grimper inopinément depuis le confinement grâce aux vidéos postées sur Facebook. Certaines sont devenues virales et ses followers, qui se comptent aujourd’hui par milliers, en redemandent encore. Au menu, des explications, des astuces, des conseils et des recommandations autour de la nutrition.

Fits For You

A son compte depuis quelques années, elle offre un service personnalisé à ses clients sur la nutrition, le bien-être et le yoga, mais pas que. FITFORME by Anya Benoit est une marque créée par elle. “Fit for me; car j’offre des soins qui s’accordent à tous.”

Après sa secondaire au Lycée des Mascareignes, la jeune femme entame des études en médecine. “Ca ne me correspondait pas du tout. Hors, un sujet traitant de la nutrition et la santé m’a interpellée me faisant comprendre que je voulais du concret et non de l’abstrait”. L’année suivante, elle change de cours. Après quatre ans d’études en nutrition et diététique à l’université de Monash et un diplôme en Sport nutritionnist obtenu en ligne, Anya Benoit revient à Maurice “ultra motivée” avec une idée précise en tête: “Je souhaitai proposer mes services dans le Public Health Nutrition et booster ce secteur en mettant en place quelque chose de différent”. Elle déchante très vite car sa vision n’était définitivement pas en accord avec la réalité du système de santé mauricien. Après un passage dans une institution de santé privée du pays, où elle grignote un peu d’expériences sur le milieu de la santé, et un passage dans une ONG pendant quelques mois, elle se met à son compte.

Une bouchée bien-être

A la base, Anya Benoit propose une évaluation sur la nutrition. Aujourd’hui pourtant, elle répond aux besoins de la personne dans son intégralité, en examinant l’assiette, le mental et le physique. A force de n’avoir pas les résultats escomptés sur des patients qui faisaient tout bien au niveau de la nutrition, la diététicienne cherche des réponses ailleurs. Sentant le besoin de se tourner vers une autre approche, elle s’envole pour l’Inde afin de suivre des cours de yoga en 2018. “Comme ma mère et ma grand-mère, je pratique cette discipline depuis longtemps”, tient-elle à préciser. A son retour, elle élargit sa gamme de services à travers le yoga, offrant une approche individualisée et holistique, et obtient rapidement des résultats incroyables auprès de patients souffrant de différents troubles. “J’ai réalisé que la santé est un tout. On ne peut pas traiter quelqu’un avec un unique aspect. J’ai plus de possibilités de m’attaquer aux différents problèmes. Je remets en question ce que j’ai appris, sans dire que ce n’est pas bon, mais en optant pour un aspect plus holistique.” Elle sait aussi de quoi elle parle étant donné que dans le passé, le yoga l’a aidée à surmonter une blessure chronique au dos. “Le yoga, c’est du mouvement en pleine conscience. Cela consiste à ramener la personne en contact avec son corps.” C’est chercher la cause du problème à la racine au lieu de se tourner vers des traitements symptomatiques. “Il s’agit aussi de donner du temps à son corps, revenir un peu en arrière et trouver le juste équilibre.”

Saveur nature

A travers le yoga, c’est aussi devenu naturel pour la coach de consommer davantage de produits végétaux, même si elle ne se dit pas végétarienne. “Car je m’accorde aussi aux autres”. Dans son approche à la vie d’ailleurs, elle pense, respire et consomme nature. “Une chose très importante pour moi, c’est la nature et sa protection dans notre façon de vivre, de consommer. D’où le fait de consommer majoritairement des végétaux et à ralentir”. Elle craque devant tous les animaux, surtout ses trois toutous. Tous des chiens errants qu’elle a recueillis de la rue. “A l’école, j’ai toujours été la copine un peu plus ronde. Petite, on m’envoyait acheter du pain avec mon papa à pieds pour perdre du poids. En voyant que je ramenais presque à chaque fois des chiens errants, on m’a sommée d’arrêter ses marches quotidiennes”, raconte cet animal lover, qui se dit aussi très sensible comme personne. Altruiste, Anya Benoit est aussi au front pour aider les autres. En 2017, malgré une carrière en plein essor, elle prend son sac à dos pour l’Asie et s’inscrit à un programme de bénévolat en nutrition aux Philippines. Celle qui adore voyager chez l’habitant pour gouter aux différentes cultures est servie et se reconnecte même à la méditation. Elle reprend son travail grandie par son expérience et le besoin de beaucoup plus se développer en tant que personne, dans ses échanges avec les autres.

Le mythe du régime

Sur sa page Facebook, elle propose d’ailleurs des vidéos très instructives, dans un langage simple, clair et précis sur la nutrition. Elle décortique par exemple la différence entre les graines de chia, les graines de lin ou encore le Toc Maria, entre ‘Diet’ et ‘Lifestyle’, le poids et le BMI. C’est aussi des conseils sur le ramadan et au passage des coups de gueule sur l’effet du pain blanc sur la santé. Une vidéo réalisée pendant le confinement devenue virale, autant commentée que critiquée d’ailleurs. “Je n’ai rien contre le pain blanc, mais nous ne pouvons pas consommer de la farine à chaque repas et penser que c’est un aliment naturel. J’ai juste dit la vérité”. Très indépendante dans sa façon de penser, Anya Benoit ne “rentre pas dans une case”.

Elle ne mâche pas non plus ses mots pour taper sur les codes vestimentaires, la société capitaliste voire la culture alimentaire. “Je suis contre toutes ses compagnies à Maurice qui vendent le mythe du régime, le mythe des suppléments qui font maigrir. Qui font croire qu’être mince est signe de bonne santé ou que tout problème se règle par la perte de poids”. Hors, une personne n’est pas à blâmer pour sa prise de poids, fait-elle ressortir. “Il faut écouter cette personne. J’ai appris avec le yoga à dire aux personnes que ce que vous mangez est important, mais ce que vous faites autour l’est tout autant’.

Elle décrit de ce fait la nutrition comme “tout ce que vous consommez à travers vos cinq sens. C’est sentir à travers sa respiration, c’est ce qu’on mange, ce qu’on regarde, ce qu’on écoute et comment nous touchons à nos relations avec les autres. C’est vraiment tout ce que nous consommons de l’extérieur”. De même, sur les différentes plateformes, dans les médias, à la radio ou avec ses clients, ses messages sont consistants. Elle n’hésite pas à donner de sa personne pour être proche de son public. “Je suis une personne attentionnée et à l’écoute des autres. J’aime partager mes connaissances. L’objectif est que le message passe auprès de tous, peu importe l’âge, la culture et la classe sociale”.

Anya Benoît est aussi très proche de sa famille. Avec un père avocat d’affaire et une mère qui a débuté sa carrière comme ingénieur, elle tient beaucoup d’eux dans son indépendance. “Dans ma vision modérée de la vie, j’ai suivi ma mère, dans le bien-être comme la nutrition”. Elle est aussi très proche de sa sœur, “une des rares à tirer le meilleur de moi en me photographiant”. Le plus important, c’est que sa famille, aussi bien que son copain avec qui elle sort depuis trois ans, sont toujours là pour l’a soutenir et l’encourager dans ses projets. “Aussi, chacun respecte les idées des autres sans se juger”.

Pour offrir plus de possibilités et un service de qualité à ses patients, Anya Benoit enchaine les cours et projets. Une série de ebook sur la nutrition est ainsi en préparation avec un premier volet touchant à la nutrition des enfants, pour aider les parents à jongler avec le travail, la famille et les engagements personnels.