Christopher Caserne, capitaine de l’équipe Roche-Bois Bolton City et gardien de but de la sélection de Maurice, lance un projet visant à former les goalkeepers de demain. La Caserne Goalkeeper Academy accueillera des jeunes de 6 à 20 ans, filles et garçons confondus, pour les initier et créer en eux ce feu sacré qui anime l’initiateur depuis son adolescence. Christopher Caserne, qui est en parallèle prof d’éducation physique au collège Bhujoharry, pose ainsi les jalons de la relève à ce poste très important dans une équipe de football et dont le nombre est malheureusement en déclin à Maurice.

“Depuis quelques années, les clubs de football mauriciens ont dû se tourner vers des gardiens africains. 50 % des gardiens de la Super league et de la première division ne sont pas Mauriciens. Ce n’est pas normal”, soutient Christopher Caserne. Le gardien numéro un de la sélection nationale se remémore le passé quand Maurice avaient de grands gardiens tels que Aboo Bakar Augustin, Yvahn Marie-Josée ou encore Yannick Macoa et se désole que ce poste soit sur le déclin parmi les Mauriciens. “Pou ariv enn ler, pou ena enn peniri gorli dan football moris” , s’inquiète-il.

Palier un manque.

De ce fait, miser sur la formation est pour lui primordial si Maurice veut de nouveau avoir de grands gardiens de but. L’académie qu’il met actuellement en place vise à palier ce manque : “Il n’y a pas un énorme travail au niveau de la formation des gardiens. Il y a, certes, de la formation dans certaines places mais, dans l’ensemble, elles ne permettent pas de produire de grands gardiens.”

Dans un premier temps, l’académie posera ses bases dans deux endroits, à savoir Albion, où habite actuellement Christopher Caserne, et Roche-Bois, où il a grandi. Par la suite, d’autres académies seront créées dans d’autres parties de l’île. “À terme, l’objectif est d’avoir une académie dans chaque district.” Jusqu’ici, 17 inscriptions ont déjà été enregistrées, ce qui “est énorme”, confie Christopher Caserne. “J’espère que ces jeunes s’en serviront comme tremplin pour intégrer des écoles de formations ou des équipes. Nous mettrons des vidéos en ligne, les clubs pourront ainsi puiser dans ce pool de jeunes s’ils sont intéressés.”

Un curriculum a été préparé pour les head coaches dont fait partie Christopher Caserne. Des classes théoriques sont également prévues en sus des sessions physiques. Chaque tranche d’âge aura ses entrainements spécifiques. “Aussi, nous allons leur apprendre comment communiquer avec leurs défenseurs. C’est un aspect très important dans le football. J’ai personnellement pu suivre un stage à Coventry en Angleterre où j’ai été exposé à ce genre de formation et je tiens à le partager avec ces jeunes.” Avec ce projet, Christopher Caserne, poursuit son travail de formateur déjà entamé avec son club Roche-Bois Bolton City où il est à la fois gardien de but, capitaine, en charge de l’académie des jeunes et entraineur des gardiens.

“Un gardien doit pouvoir, d’un simple regard, intimider un adversaire”

La formation dont vont bénéficier ces jeunes les préparera pour être au diapason avec ce poste qui a tant évolué. Pour Christopher Caserne, un gardien de but moderne doit pouvoir faire les mêmes choses qu’un joueur de champs tout en étant habile avec ses mains. “Il doit être fort techniquement avec ses pieds, intelligent, fort mentalement. Un gardien doit pouvoir, d’un simple regard, intimider un adversaire. C’est souvent ce qui fait la différence lors d’un tête à tête avec un attaquant. Parfois, quelques mots du gardien peut provoquer un agacement ou une colère chez l’attaquant et ainsi gagner le duel. Nous allons inculquer toutes ces choses aux jeunes de l’académie.”

Il faut savoir que Christopher Caserne, non seulement est-il le meilleur gardien actuel du pays, mais il également un très bon joueur de champs, très habile techniquement. C’est d’ailleurs en tant que joueur de champs qu’il avait commencé à jouer au football. Son intérêt pour le poste de gardien de but s’est développé un peu plus tard. Alors qu’il avait 14 ans, il connaissait un très bon gardien de la même génération que lui et ses amis lui disaient souvent à quel point ils le trouvaient bon. “Je leur ai dit que je pouvais devenir aussi bon gardien que lui ou sinon meilleur que lui. Je me suis entrainé pendant 3 mois à ce poste et c’est ce qui a déclenché ma passion pour le poste de gardien de but.” Depuis, il a réalisé son rêve d’être gardien dans un club de première division et est actuellement le numéro au sein de la sélection nationale.