Pour éviter de contracter la Covid-19 ou de transmettre le virus à d’autres, rien de tel que le masque. Mais qu’en est-il des masques faits maison ? Sont-ils efficaces ? Éléments de réponse…

Jusqu’ici, les experts pensaient que la seule façon de contracter le virus était par contact direct avec les gouttelettes respiratoires d’une autre personne après que celle-ci ait éternué ou toussé. Aux États-Unis, lors d’une répétition en mars d’une chorale de l’État de Washington, les deux tiers des participants sont devenus malades alors que personne n’avait de toux ni d’éternuements. Les spécialistes se sont rendu compte que la transmission par d’autres sources était probable, par des particules beaucoup plus petites, appelées aérosols, qui flottent plus longtemps dans l’air expiré. Si l’haleine d’une personne contaminée peut vous faire tomber malade, le port du masque devient encore plus nécessaire. Mais votre création maison est-elle efficace ? Nous avons parlé à des experts pour connaître à quel point elle pourrait vous protéger.

Les avantages du masque
On peut discuter à l’infini du degré de protection qu’offre un masque maison. Le Dr Shawn Nasseri, oto-rhino-laryngologiste (spécialiste des oreilles, du nez et de la gorge) et chirurgien au Cedars Sinai de Los Angeles, croit que les masques de tissu sont assez bons, mais que les masques respiratoires et chirurgicaux sont meilleurs. « Les masques maison protègent la zone du visage qu’ils couvrent, mais ne sont pas aussi efficaces que les autres. Les matériaux des masques respiratoires ou chirurgicaux ainsi que les systèmes de filtre qui les composent sont plus efficaces que les masques maison en coton. »

Comme on manque de données scientifiques, certains experts doutent de l’efficacité des versions maison. « On n’a pas de preuves basées sur des études scientifiques à ce sujet. Il y aurait des indices, mais à vrai dire on n’en sait rien », explique Jonathan D. Mayer, Ph. D., professeur émérite à l’université de Washington, spécialisé en épidémiologie des maladies infectieuses. « Cependant, si ces masques sont fabriqués à partir de draps de coton ou de T-shirts à mailles fines, selon les recommandations des CDC et d’autres organismes, ils vont stopper les gouttelettes les plus grosses qui contiennent le virus. »

D’autres médecins sont convaincus que ces masques procurent zéro protection. « Les masques de tissus n’ont pas leur place dans les soins de santé », affirme Lisa Brosseau, professeure retraitée de l’université de l’Illinois à Chicago qui est une experte en protection respiratoire. « Pour arrêter les gouttelettes, mieux vaut un écran facial qui couvre tout votre visage. Si vous imaginez qu’un masque de tissu fera une différence et que c’est mieux que rien, c’est une attitude dangereuse. »
Ceux qui ont des doutes soulèvent des préoccupations valables. La plupart des spécialistes croient au port du masque, non pas pour vous protéger des autres, mais pour protéger les autres de vous. Essayez ces techniques pour cesser de vous toucher le visage et limiter la propagation des germes.

Une barrière entre vous et ceux qui sont vulnérables
« L’intérêt du port du masque est de protéger les autres », affirme Paula Cannon, professeure de microbiologie moléculaire et d’immunologie à la faculté de médecine Keck de l’université de la Californie du Sud (USC). « Le virus est sournois, car les gens qui en sont infectés peuvent ne pas le savoir, explique-t-elle. Vous pouvez être présymptomatique – vous avez le virus et vous vous réveillerez demain avec des symptômes, mais vous êtes déjà contagieux – ou encore, vous êtes infecté, mais vous êtes complètement asymptomatique. »

La progression silencieuse est un sujet grave, souligne le Dr Nasseri : « On a constaté dans des pays comme Singapour ou l’Islande que jusqu’à 10% des patients étaient asymptomatiques ou avec de faibles symptômes de rhume. » Même si vous ne vous sentez pas malade, faites comme si vous l’étiez et restez prudent. « Si vous toussez ou éternuez dans un masque de tissu, celui-ci arrêtera la grande majorité des gouttelettes respiratoires. Vous exposerez moins ainsi les membres de votre communauté. »
Le masque sert à protéger votre entourage, ajoute Paula Cannon. « Portez-le pour protéger vos voisins, les aînés et les autres. Vous pourriez même prendre un marqueur pour écrire sur votre masque “Je fais ça pour ma grand-mère”. »

Pour que votre masque soit le plus efficace possible
Kathleen Winston, Ph. D., et doyenne du College of Nursing à l’université de Phoenix, dit que pour être efficaces les masques maison doivent répondre aux critères suivants :
– Etre ajustés aux côtés du visage, tout en restant confortables
– S’attacher aux oreilles avec des cordons ou des boucles
– Etre faits de plusieurs épaisseurs de tissu
– Permettre de respirer sans restriction
– Etre lavables à la machine et passer à la sécheuse sans changer de forme et sans que cela les abîme.

Avec ou sans masque, toutes les autres mesures d’hygiène doivent continuer de s’appliquer. « Les meilleures mesures pour se protéger du virus sont la distanciation sociale, le lavage fréquent des mains et le nettoyage des surfaces », dit Marie-Claude Couture, Ph. D., professeure adjointe à l’université de San Francisco. « Les masques ne remplacent pas les autres mesures de santé publique comme la distanciation sociale et l’hygiène des mains. »

(Source: Internet)