20 ans se sont écoulés depuis que Corinne de Baize et Kevin Bissonauth ont interprété Roméo et Juliette sur les planches du Plaza. Scope a rencontré le couple qui trépigne d’impatience de revivre la passion des célèbres amants de Vérone. Cette pièce a marqué leurs premiers pas dans l’univers théâtral, alors que le couple confie qu’elle tiendra toujours une place très importante dans leur vie et leur cœur. En effet, il y a 20 ans de cela naissait la vraie histoire d’amour entre Corinne de Baize et Kevin Bissonauth. Du 13 au 16 décembre, ils seront aux côtés de 18 autres comédiens de la troupe Theatralis sur la scène du Caudan Arts Centre pour célébrer une nouvelle version de cette histoire d’amour.

Ils s’échangent des regards et se parlent à travers les yeux. N’hésitant pas à se chercher ou à se tenir la main. Quand l’un commence une phrase, l’autre la termine. Aucun doute, Corinne de Baize et Kevin Bissonauth n’ont définitivement pas besoin de jouer la comédie quand il s’agit de leur histoire. 20 ans après la première rencontre, le couple continue son parcours.. Pour celle qui retrouvera son costume de Juliette du 13 au 16 décembre sur la scène du Caudan Arts Centre, nul besoin de fouiller dans les souvenirs pour retrouver les premiers frissons ressentis lorsque son regard croisa celui de Roméo. « J’ai toujours vu Kevin comme mon Roméo. Il est et sera pour toujours l’homme de ma vie”. Comme en 2000, elle peut encore crier: « Ô Roméo, Roméo… jure de m’aimer” comme l’avait écrit Shakespeare.

À ceux qui l’auraient oublié, Roméo et Juliette se sont aimés pendant 48 heures avant de mourir tragiquement. Provenant de deux familles ennemies, les deux protagonistes vont se rencontrer à l’occasiond’un bal. Après s’être déclarés leur amour dans la populaire scène du balcon, Roméo et Juliette décidèrent de se marier secrètement. Mais les choses tournèrent mal.

De « maman » à Juliette

20 ans de cela, une amie contacta Corinne pour lui parler d’un rôle à prendre dans une pièce. Celui de la mère de Roméo. “Je décida de me rendre à une répétition pour jouer la maman de Roméo. Mais, je pense qu’il avait tellement de passion dans la maman de Roméo que l’on décida de ne pas me donner ce rôle”. Aujourd’hui encore, le couple n’explique à quel moment le coup de foudre intervint. La raison est simple indique Kevin Bissonauth : “Quand nous en reparlons, nous nous se rendons compte que dès nous nous sommes vus, nous avions tout de suite ressenti quelque chose sans vraiment se dire quoique ce soit”.

Avant que ne se poursuivent les confidences, Corinne de Baize précise : “Nous avons été convenables. N’empêche il faut avouer que nous étions romantiques sur scène. Nous avions eu beaucoup de chance de vivre cela il y a 20 ans. Ce fut vraiment spécial. ”. C’est peut-être à partir de là que commença l’histoire d’amour du couple. « Ce fut une explosion de sentiments qui se poursuit toujours ». Impossible donc de ne pas considérer Roméo et Juliette comme leur pièce fétiche.

D’autant que pour Kevin Bissonauth, cette pièce de William Shakespeare sera l’occasion de célébrer de grandes amitiés :  « Il ne faut pas oublier qu’il y a aussi toute une histoire d’amitié derrière, parce que nous retrouvons des amis qui étaient à nos côtés en 2000”. La distribution de Roméo et Juliette est composée de Tony Permall (Benvolio), Brian Van Schellebeck (Mercutio), Jérémie  Avice ((Tybalt), Joann Permall (La Nourrice), Virginie Kettary-Mangalon (Lady Montaigu), Sandrine Fabre-Elliah (Lady Capulet), Philippe  Acker (Lord Montaigu), Laurent Laroche (Lord  Capulet), Ryan Curier (Frère  Laurent), Paul Olsen (Le Prince de Vérone), Gaël Devienne (Pâris), Richard Bécherel (Frère Jean), Adrien Numa (L’apothicaire & Grégoire), Dominic Balthazard (Samson & Pierre), et Samuel et Kyllian de Baize-Bissonauth (Abraham et Balthazar).

Serons-nous à la hauteur ?

Réinterpréter Roméo et Juliette se présenta comme un grand défi pour Kevin Bissonauth et Corinne de Baize. Cette dernière se souvient « Lors de la dernière représentation, c’était vraiment douloureux pour moi, parce que cette pièce est vraiment sublime. Elle explose du début à la fin. Pour moi, c’est peut-être l’une des plus belles pièces que je connaisse de part l’intensité des sentiments. Je précise qu’il n’y a pas que l’amour dans cette histoire”.
En 2019 lorsqu’elle regardera les textes au programme scolaire Corinne de Baize tomba sur Roméo et Juliette. “Ce fut le choc. Je me suis tout de suite dit ce n’est pas vrai ? On va pas refaire ca ? Et, quand j’en parla à Kevin, il eut même réflexion”.C’est finalement Clarel Broudou, qui fait partie du comité Theatralis, qui les encouragea à reprendre les costumes. Pour le fougueux Roméo ce retour sur scène dans une pièce jouée à leur début ne se fera pas sans appréhension .“Cette pièce regorge d’intensité. J’ai eu un moment d’hésitation de peur de ne pas être à la hauteur. Je me suis demandé si nous serons nous toujours à la hauteur”.

Les premiers émois…

Peu importe ; le couple et la troupe de Theatralis se donnent à fond depuis août 2019. Depuis, soulignent les comédiens principaux :  « La magie recommence. Chaque répétition est un moment magique parce que cette pièce mythique se remet à vivre. Et, nos personnages de Roméo et Juliette recommencent aussi à vivre alors que quelque part ils étaient restés sur le tombeau. Et là, nous réapprenons à jouer les amoureux. Une tâche qui n’est pas facile car nous sommes un couple depuis 20 ans et nous avons oublié comment nous étions en tant que couple à notre première rencontre. Il nous faut donc créer cette magie de nos premiers émois”.

Le couple ne peut s’empêcher de rire au moment de la scène du lit. “Ce ne sont pas des choses auxquelles nous pensons habituellement, puisque nous partageons le même lit depuis 20 ans. Et là, se retrouver sur une scène, dans un lit, avec 18 comédiens autour de nous, ça nous a fait beaucoup rire surtout au moment où Kevin et moi avions eu du mal à trouver la position idéale. Chose que nous ne cherchons pas d’habitude”.

Autre élément qui pèse sur épaules de Roméo et Juliette c’est que 20 ans après, le public est différent “Le public nous attend. Surtout ceux qui étaient là 20 ans et qui sont impatients de nous revoir sur scène. Franchement, ça nous met de la pression. Il y a 20 ans, ils étaient encore des ados. On se demande si de nouvelles émotions jailliront”. De plus que la bande de Theatralis ne se contente pas de faire un remake. Elle a changé pas mal de choses, a modifié et av affiné les scènes pour les rendre encore plus mémorables. A ce propos Kevin Bissonauth explique : “En termes techniques les choses ont beaucoup changé et évolué. Même pour nous, car au bout de 20 ans nous avons acquis plus de maturité et nous savourons les mots de cette œuvre de Shakespeare différemment”.
Ainsi pour corser davantage le défi Theatralis ne visera pas uniquement un public de collégiens. Les cinq représentations sont prévues pendant les vacances scolaires, soit le dimanche 13 décembre à 17 h, le mardi 15 décembre à 10h30 et 19h et le mercredi 16 décembre à 14h et 19h. “C’est la première fois qu’on ne compte pas uniquement sur le public des établissements scolaires. Ca prend une autre envergure. C’est important d’évoluer. Je pense que notre mission depuis 20 ans c’est d’avoir réussi à amener du théâtre dans la vie des collégiens, c’est un défi énorme, nous avons apporté la culture dans la vie de ses jeunes d’une façon régulière, de façon obstinée. Aujourd’hui notre troupe s’ouvre à autre chose. C’est un pari risqué de dire aux étudiants de grandir, de se prendre en main et de venir au théâtre sans l’aide de leurs enseignants ». Pour les encourager, un tarif spécial à Rs 200 a été négocié avec le Caudan Arts Centre tandis que pour le grand public les billets sont proposés entre Rs 300 à Rs 800.

Si le théâtre les unira à jamais, le couple qui partage aussi la même profession en tant qu’enseignants, nous confie que d’autres éléments sont venus au fil des années les connecter l’un à l’autre. Principalement, leur foi et leur deux enfants, comme récemment évoqué avec la pièce jouée dans les églises sous la conduite de Gérard Sullivan : Les fruits de nos entrailles. 20 ans après, les jeunes amoureux n’auraient pas pu rêver du plus beau rôle de leur vie que celui d’être les parents de Samuel et Kyllian. Ces derniers seront aussi sur la scène.

Joann, Permall : Nourrice et metteur en scène

Outre de camper le rôle de la nourrice, Joann Permall a aussi pris le relai de la mise en scène. A la base c’était Clarel Broudou qui était aux commandes du projet de Theatralis en août 2019. Mais ce dernier a été contraint de tout laisser tomber car les nouvelles dates de représentations (initialement prévues pour mai 2020) ne convenaient plus à son emploi du temps. C’est ainsi que la jeune femme a accepté cette nouvelle tâche. Depuis, elle a apporté sa touche et sa sensibilité à cette mise en scène. A ce propos, elle explique : “C’est déjà très courageux pour Corinne et Kevin de rejouer cette pièce. Encore plus un Shakespeare en 2020 alors que tout le monde se dit que c’est démodé.”

De ce fait : “Il était important de ne pas recréer les mêmes choses comme 20 ans de cela. C’est une manière de montrer que Theatralis ne prend pas les choses pour acquises et que nous sommes prêts à relever le défi”. Son rôle de metteur en scène n’est pas compliqué car Joann Permall souligne : “Ce n’est pas le travail d’une seule personne, mais celui d’une équipe ». Elle conclut : “ c’est une pièce humaine qui parle de notre vulnérabilité d’aime. Tout le monde est capable de s’identifier à au moins un personnage de Roméo et Juliette”.