Guitariste, concertiste, et professeur de guitare Eric Cathan régale les oreilles et soigne les âmes à travers la musicothérapie. De retour à Maurice après plusieurs années en Australie, il travaille sur plusieurs projets musicaux tout en développant des programmes avec des ONG et des entreprises privées. Puisque la musique est bonne il souhaite davantage partager ses connaissances de cette thérapie visant le bien-être.

La musicothérapie est un outil d’expression émotionnelle puissant. Elle contribue à améliorer l’estime de soi et la motivation. Et dans certains cas, elle constitue un moyen d’améliorer la gestion des émotions. “Tout le monde sait que la musique fait du bien. Sauf qu’il existe une autre approche qui permet de l’utiliser pour le bien-être”, confie Eric Cathan. Le guitariste professionnel et diplômé veut aujourd’hui mettre en avant cette forme de thérapie par la musique qu’il pratique depuis les années 80.

Il se trouvait alors en France pour étudier la guitare et décrocher son diplôme de l’Ecole de musique de Paris. Eric Cathan avait alors pour voisins des enfants handicapés de l’hôpital St Jean de Dieu. Chaque jour, ces derniers le voyaient passer avec sa guitare et ils l’interpellaient. « À force de persistance, ils ont fini par me persuader de leur enseigner la guitare. Mais, il me fallait trouver des solutions pour leur permettre de poser l’instrument sur leurs genoux. Sans compter que les choses n’étaient pas faciles car la plupart ne pouvaient pas utiliser plus d’un doigt. Nous avons commencé note après note puis, au fil des rencontres, j’ai réussi à leurs enseigner des petits morceaux rock. Ce fut mes débuts en musicothérapie. Mais, je n’en étais pas conscient puisque cette discipline n’était pas encore développée.” Constatant des progrès dans le développement des enfants, Eric Cathan a souhaité approfondir ses recherches.

C’est en immigrant en Australie que le guitariste poursuivit son apprentissage, à travers la Nordfoff-Robbins Music Therapy auprès d’Enid Rowe qui travaillait avec des enfants autistes et trisomiques. Eric Cathan l’a rejoint avec sa guitare et a partagé à son tour ce qu’il avait mis en pratique en France. Puis, il intégra l’équipe d’Enid Rowe pour mettre en place un cursus de Music Therapy au sein de l’University of Western Sydney. “Aujourd’hui, cette université est l’une des rares à offrir un Degree en Music Therapy” souligne-t-il.

La musique comme thérapie

La musicothérapie est une méthode qui fait appel à la musique et aux sons pour établir une communication à des fins thérapeutiques afin d’améliorer la qualité de vie et la santé sur les plan physique, émotionnel et cognitif. Elle a recours à différentes techniques concrètes, aussi bien pour les thérapies de groupe que pour les thérapies individuelles. À ce propos, Eric Cathan précise “Il ne s’agit pas de jouer ou d’initier à la musique. Pour être un musicothérapeute, il faut une formation de 4 ans d’études en continue avec des cours certifiés et datés aux exigences d’aujourd’hui, et de surcroit, une formation clinique établie par l’American Music Therapy Association (AMTA). Pour ma part, je détiens une certification approuvée du conseil d’administration du Certification Board for Music Therapists des États-Unis”.

Les interventions se font par l’improvisation musicale, l’écoute de musique réceptive, l’écriture de chansons, la discussion lyrique, la musique et l’imagerie, le chant, la performance musicale, avec des instruments de percussions, et aussi des guitares et un piano. “Au tout début, la musicothérapie était très centrée sur le piano. Mais les choses tous les autres instruments peuvent et sont utilisés dans la pratique de musicothérapie. De plus, la musicothérapie n’est pas réservée à certaines pathologies. Que l’on soit malade, handicapé ou en parfaite santé, cette thérapie s’adapte à tout le monde, du bébé dans le ventre de sa mère jusqu’à l’âge adulte. C’est simplement une façon de se faire du bien à soi-même”. 

Stimuler l’hormone du bonheur

La musique comprend plusieurs composantes qui agissent de façon bénéfique sur le cerveau puisqu’elle stimule la production de sérotonine, une hormone connue sous le nom d’hormone du bonheur. En facilitant les changements au niveau de la chimie cérébrale, cette hormone apporte une sensation de bien-être. Concernant l’aspect émotionnel, la Nordoff Robbins Music Therapy explique que la musicothérapie permet d’évoquer des souvenirs et d’exprimer des émotions coincées à l’intérieur. Grâce à l’utilisation d’instruments, Eric Cathan ajoute “La musicothérapie incite le patient à s’exprimer via la musique ce qu’il a du mal à exprimer autrement. De plus, les sons produits par le patient ainsi que son interaction avec les instruments de musique peuvent donner des pistes au musicothérapeute sur son état émotionnel. D’où l’importance de commencer d’abord par un diagnostique avant de procéder aux sessions”.