Jessie Gooriah, plus connue sous son nom d’artiste Jessie Jess, est une artiste qui explore en permanence de nouvelles voies. Entre techniques de peinture traditionnelles, explorations innovantes des médias mixtes et le mélange des couleurs, cette femme de 37 ans est toujours en quête d’exploration.

L’art lui a permis de se sortir de situations difficiles et compliquées, tout en la faisant évoluer du style de peinture traditionnel au pointillisme.

Au cours des années, cette technique de peinture qui consiste à appliquer de petites touches de couleur juxtaposées est devenue son style. “À chaque fois que je peins avec les points, je suis automatiquement transportée dans une autre dimension où je suis en mesure de voir tous les objets en petites particules qu’il faut assembler en fonction des points de couleurs”. Ce qu’elle adore par-dessus tout dans cette technique, c’est qu’elle demande énormément de précisions et de patience. “Coucher les couleurs et les points sur papier, faire preuve de patience et de précision me calment et c’est une thérapie pour moi”. Jessie Gooriah étudie également différents types de pointilles, expérimentant la technique avec les doigts, les douilles, des petits morceaux de bois et aussi en mélangeant du collage aux pointillés. “Je suis beaucoup dans l’expérimentation car l’art c’est fait pour cela. Il faut se cultiver et oser s’aventurer. On n’arrête jamais de se découvrir”.

Professeur d’art dans une école secondaire à Surinam, c’est ce qu’elle apprend à ses élèves : “Je leur montre qu’il faut apprécier et respecter une œuvre d’art en saluant le travail derrière”. Après des études en Beaux-arts, c’est au contact d’artistes aguerris dans le milieu que la jeune femme a gagné de l’expérience. Au cours des années, elle a été partie prenante de plusieurs expositions collectives au Caudan Arts Centre, à la National Art Gallery, au Phoenix Hub et tout dernièrement à l’Appravassi Ghat.  La jeune maman s’est aussi engagée dans plusieurs projets artistiques avec l’organisation Save Art. La Covid-19 a beau avoir freiné ses projets solos, mais elle espère que d’ici la fin de l’année ele aura avancé. “On ne finit jamais d’apprendre et de créer. Je vis pour l’art car c’est une école de vie”. À cet effet, ses œuvres portent un regard critique sur les souffrances sociales, le féminisme, le pouvoir des femmes et les enjeux culturels. Hormis la peinture, Jessie Jess adore aussi les ballades en voitures et les activités en pleine nature comme le hiking et le trail.