Nous présentons les symptômes d’une maladministration chronique. La pétition populaire est signée depuis belle lurette; la classe politique devra prendre le pli. On pensera à une deuxième république comme préconisée par le grand Jack et autres sages penseurs. Ce ne serait pas idiot si ceux-là rencontraient le soldat Laurette. On fait quoi sinon après les Marches du fioul ?

Highway to Babylon. Le peuple est éveillé de sa torpeur. Faudra désormais compter avec dans le paysage socio-politique? Devrions-nous anticiper la contre-attaque de l’Empire? Nous attendre aux petitesses du Petit? Après les taches d’huile et de fioul dans le lagon en agonie, d’aucuns préféreront passer leurs vacances… à l’ombre des coco-fesses, Au lieu d’inhaler une essence de mazout. Ceux-là feront trempette dans une eau qui n’est pas souillée,viciée, polluée, corrompue…

Pleure ô ma belle île Maurice car des hommes ont abusé de toi. La torpeur de nos dirigeants est outrageante. Vous vous êtes désavoués honorables maîtres. Shame on you. We order you out ! Ne jouez pas aux bigorno accrochés aux rochers. Il nous faut une constitution adaptée à nos aspirations. C’est la seule solution qui vaille.

Nous en avons vu qui ont usé de leurs « charmes » pour gravir les échelons. Combien d’âmes sensibles en sont mortes de chagrin ? Cela est impardonnable! Les rochers de Poudre d’Or sont infestés de sirènes avides de lumière et de miroitement. Ne succombons pas à leurs chants. Car celles-ci se délectent des naufrages d’autrui. La pollution des esprits commence par des petits actes. Petits marday entre amis.

Il en est aussi qui vous arrachent des mains la bouteille que vous avez osé puiser au robinet de leur cours, pour en répandre sous vos yeux le contenu par terre. Le Petit en est bien capable. En vérité je vous le dis : ces marches sont les premiers pas d’un long périple parsemé de ronces et d’épines. Chacun portera sa croix . In the meanwhile, keep hope of deliverance from the darkness that surrounds us.

Rendez-vous est pris ce samedi 12 septembre à Mahébourg. Il est impératif que la foule ne molisse pas. Mobilisez-vous ; c’est mieux que de vous indigner sur smartphone. Se bouger le cul est salvateur. Cela vous fera des histoires à raconter à vos petits enfants… Car c’est aussi pour eux que vous affrontez l’adversité. Pour des lendemains meilleurs. Point de zéro dans cette génération; que des héros qui ne se laissent pas marcher sur les pieds.

A ceux qui n’osent pas déambuler face caméra. Vous a-t-on jamais parler du « thrill », la décharge d’adrénaline au coeur d’une foule scandant ses frustrations en choeur ? Ces corps en sueur qui se frolent, se touchent, se collent ; la fougue de hurler à l’envi : bour li deor ! On se sent légère, libérée, délivrée après tant d’émotions fortes. On aura qu’une envie après: revivre cette jubilation de masse.

Ne nous arrêtons pas à cela. Allons jusqu’au bout de cet acte politique, jusqu’à l’apothéose. Nous ne capitulerons pas mon commandant. No retreat no surrender !