En marge de la Journée de la pleine conscience, observée le 12 septembre,  Sradha Gobin Manna, instructrice certifiée en Mindfulness et vice-présidente du Centre for Counselling and Mindfulness explique cette technique de méditation en cinq points. Une pratique universelle de plus en plus populaire auprès des mauriciens, qui regorge de bienfaits pour le corps et l’esprit.

1. Qu’est-ce que la mindfulness ?

La pleine conscience est la traduction française pour mindfulness qui veut dire être conscient de ce qui se passe en ce moment même. Une chose qu’on a définitivement oublié. Or, ce n’est pas une nouvelle technique. Nous vivons ces moments souvent . Mais, de par notre mode de vie on doit le redécouvrir. Notre esprit voyage (ou vagabonde) partout, comme un singe qui saute de branche en branche. Il n’est jamais dans le moment présent. Nos pensées et nos histoires de vie nous amènent dans deux endroits – soit le passé (on rumine) ou le futur (on est dans nos rêves ou fantaisies). Ces deux temps n’existent pas car le passé est parti, et le futur n’est pas encore là.   

2. Comment se pratique la pleine conscience ?

La pleine conscience est une pratique universelle et laïque. Parce que l’objet de concentration est la respiration et cette fonction est universelle – peu importe la couleur de notre peau, notre stature physique ou notre région géographique – on respire tous. Et comme humain on en est conscient. L’animal ne peut pas savoir si sa respiration est longue ou courte, lourde ou subtile. Mais, une telle conscience nous échappe car notre esprit et notre corps ne sont pas alignés. C’est-à-dire que le corps est assis mais l’esprit est au travail ou rêve d’être ailleurs. Dans la méditation en pleine conscience, nous apprenons à ressentir le souffle. Quand on devient conscient que l’esprit est parti ailleurs, on le ramène vers sa respiration et on fait un effort conscient pour rester sur ce ressenti pendant plusieurs respirations.  Ces moments font que l’esprit se sent calme et tranquille.

3. Les conditions à respecter quand on pratique cette technique

Le dos et la tête bien redressés et détendus. Des vêtements confortables pour garantir une aisance corporelle. La pratique formelle doit se faire matin et le soir, pendant 15 à 30 minutes. La pratique informelle consiste à faire l’effort mental d’être conscient pendant toute la journée. On peut même utiliser une alarme  sur son ordinateur chaque heure pour devenir présent pendant une minute.

4. Les bénéfices du Mindfulness sur le corps et l’esprit

La technique de la méditation pleine conscience nous permet de développer plus de présence. On devient plus conscient de la nature de notre esprit car nous savons ce que notre esprit fait. Est-ce qu’il juge, critique ou apprécie ? Est-ce qu’il est agité ? Nous raconte-t-il des histoires ? Bref, un esprit plus présent calme automatiquement le corps.  L’esprit devient moins agité et plus clair. Celui qui pratique cette technique régulièrement se sentira mieux dans son corps et apprendra à mieux contrôler des pensées inutiles. Il pourra mieux gérer ses émotions et par la suite ne réagira pas impulsivement.

5. Une méditation à la portée de tous

Tout le monde peut pratiquer cette méditation sauf ceux souffrant des troubles mentaux. En Angleterre, il existe des programmes bien établis comme par exemple le ‘Mindfulness in Schools Project’ (MiSP) et même à la maternelle. Aux Etats-Unis et ailleurs, le Corporate Mindfulness a pris de l’ampleur et des grandes compagnies comme Google, Apple, General Mills, LinkedIn et autres ont une salle ou leurs employés peuvent pratiquer la méditation pleine conscience, ne serait-ce que pour quelques minutes. A Maurice, doucement mais surement, la technique commence à prendre de l’ampleur car ceux qui s’engagent arrivent à ressentir les bénéfices immédiats. Des retraites silencieuses de dix jours sont organisées depuis 2014 en Vipassana (nom sanskrit de Mindfulness). Le Centre for Counselling and Mindfulness, dont le siège social se trouve à Phoenix, propose également des cours d’une heure, d’une journée ou des retraites en week-ends. La Mindfulness est avant tout une pratique. Mais, si on a réellement envie d’en profiter, la vraie clef reste la pratique régulière.


Mindfulness Day – Journées portes ouvertes au Sodnac Wellness Park

En marge de la Mindfulness Day, le Centre for Counselling and Mindfulness (association non-profitable), enregistrée depuis 2016, organise deux journées portes ouvertes le 12 et le 13 septembre au Sodnac Wellness Park de 7h à 18h. Le but est de sensibiliser le public sur les bénéfices de cette forme de méditation. Au programme, posters et séances pratiques, telles que ‘mindful eating’. Pour plus d’informations, veuillez appeler au 54753500 ou 57878213. Email: counselling.mindfulness @gmail.com


Un peu d’histoire !

La Mindfulness est une technique très ancienne redécouverte par le Bouddha, en Inde. Par la suite, elle a été propagée dans d’autres pays avoisinantes, tels que la Birmanie, Sri Lanka, la Chine, Le Tibet etc. Ce n’est qu’au 19ème siècle (1870) que cette méthode a été introduite en Europe sous différentes formes. La valeur scientifique du Mindfulness a été établie aux Etats-Unis dans les années 1970 par Jon Kabat-Zinn et suscité énormément d’engouement.