Au lendemain de ses « 18×2 » ans, Christophe St Lambert s’affiche reposé, soulagé d’être toujours un « saint » et de trainer sa tronche « d’éternel emmerdé ». À part l’apparition ‘de trwa’ poils blancs dans sa barbe, tout va bien pour le comédien et content producer de One Tv (Radio One). Il se sent même d’humeur à ouvrir quelques parenthèses de sa vie et de son parcours. Chose que cet habitant de Débarcadère, Pointe aux Sables, avoue faire très rarement. En effet, derrière son caractère bien trempé, ce beau parleur à la tchatche facile, balançant des vannes chaque seconde, se cache un grand timide, réservé et pudique. Et non ce n’est pas un nouveau script ni sa dernière blague. Christophe St Lambert sait aussi être sérieux.

Comment un enfant timide et peu bavard, extrêmement peureux, a-t-il pu se transformer en une personne si démonstrative et expressive ? Ça fait des années que Christophe St Lambert cherche lui-même la réponse : “Ayo j’ai jeté l’éponge. Je l’ai carrément enterré (rires) car mon cas est trop particulier”. Après deux tentatives, il essaie de prendre un ton sérieux et poursuit :“Si quelqu’un est capable de me cerner, franchement je voudrais bien récupérer une copie de cette analyse”. Pour ceux qui suivent et qui sont fans de « l’énergumène » de One TV ce n’est pas évident de différencier entre le vrai Christophe St Lambert et celui interprétant un rôle.

Quand il s’exprime, le comédien et content producer chez Radio One, laisse, en effet, très peu d’espace entre le sérieux et l’humour. C’est simplement sa façon, ou du moins, sa tactique, explique-t-il, d’anticiper les jugements. Aussi invraisemblablement que cela puisse paraître, derrière son apparence d’homme sûr, abordant des habits très colorés ou fleuris, Christophe Lambert avoue ne pas être toujours “si cool et zen”. Il est plutôt de nature à stresser et a énormément de mal à se faire confiance. “Avec ma tronche d’éternel emmerdé, le fait d’être blême et maigrichon, d’être un jeune homme de 36 ans plus cabossé que beau gosse, ce serait mentir de dire que je m’assume”. Mais il a aussi compris que ses lacunes pouvaient être une force. C’est de sa peur de ne pas être aimé que vient son humour tantôt cynique, tantôt dark. Faire le clown “j’adore” et prendre nissa de lui-même avant les autres “j’ai décroché un doctorat en la matière”. Il s’aventure même à dire que ses 4 ans chez Radio One au sein de One Tv, lui ont permis d’avoir une plateforme pour s’exprimer, se découvrir et “unlock” son potentiel car auparavant, chez Top Fm, il s’était mis plus dans la peau d’animateur avant de rejoindre la MBC pour Best Fm où il avait aussi découvert la partie technique et d’assistant de production.

Le « yen » de jouer

Mais il ne sait pas faire que le pitre. Christophe St Lambert est comédien de formation. Il a étudié du Performing arts à la London School of Music & Drama. Ceci a été entrepris après sa participation au Phakama Project au Lesotho où l’habitant de Débarcadère à Pointe aux Sables avait été représenté Maurice. Il a découvert alors son intérêt pour le physical theatre, et l’un des participants lui souffla à l’oreille l’idée de poursuivre des études théâtrales et professionnelles à Londres. C’est d’ailleurs sa maman, Nadège qui fut la première à le mettre sur cette voie en l’inscrivant, dès ses 10 ans, à des cours de théâtre. Histoire de le dégourdir et le sortir de son cocon. Christophe St Lambert fut alors “libéré, délivré” et capable de s’ouvrir aux autres et à sa propre famille aussi. Au fil des années sa personnalité s’est davantage forgée durant sa scolarité au collège de La Confiance lorsque son enseignant de français et d’art, Stanley Harmon, repérant un talent de caméléon, lui proposa de rejoindre la troupe. À cette époque, l’adolescent « un tantinet efféminée à la voix fluette » se retrouva sur les planches pour participer à plusieurs compétitions du National Drama Festival. “C’est là que j’ai pu être vraiment moi-même. J’ai kiffé d’être sur scène, de jouer un autre rôle, de ne pas être Christophe. C’était l’occasion de faire autre chose que mon intéressant car avant j’étais genre regardez-moi en pensant bêtement pouvoir me faire des amis ainsi”.

Le « yen » de jouer et de faire rire les gens étant si forts que Christophe St Lambert décida de rejoindre l’Atelier Pierre Poivre. Outre l’apprentissage du théâtre et les rouages de l’animation, il comprit l’importance d’apprendre vite et bien car “On peut se faire remplacer facilement. Et surtout du sens What’s make you unique. Grâce à Lise Juganaikloo et Rowin Narraidoo que j’ai pris goût à cet univers d’entertainment”. Chacune des expériences vécues a forgé le « gro fey », le créatif que Christophe St Lambert est aujourd’hui : “Je suis content que mes parents m’aient poussé vers le théâtre. Je viens  d’une famille très modeste mais ma maman, caissière, et mon papa, chauffeur de camion ont toujours veiller à nous donner, à moi et à ma soeur, des opportunités pour nous exprimer”. Même s’il est heureux, épanoui et fier d’habiter ankor lakaz mama, Christophe St Lambert a des projets d’avenir. Il espère, à un moment donné, sortir de la comédie car “j’estime que je ne montre pas à moi-même ce que je peux faire. Je veux sortir de cette catégorie tout en le touchant de temps à autre, mais je me dois d’exploiter mon réel potentiel et j’ai la capacité de le faire”.

Fouter desord

À 36 ans, il se sent prêt à tenter autre chose. En fait, il a déjà commencé à le faire depuis un moment déjà. Comme décrocher le rôle du pianiste dans le groupe de musiciens accompagnant Christina Milian dans Resort to Love qui sera diffusé le 29 juillet sur Netflix. “Je ne suis pas figurant et je suis mari fier de moi malgré le fait d’avoir tourné pendant des jours et des nuits et que j’apparaîtrais pas plus de 10 ou 20 secondes. Les cinq lignes que j’avais à dire seront à coup sûr coupées au montage, n’empêche quand le cast défilera à la fin du film on y verra mon nom. Ce sera ma petite seconde de gloire (rires)”. Comme il garde une carapace autour lui, peu des gens savent que Christophe Lambert s’inscrit régulièrement aux auditions des tournages à Maurice “figurant ou petit rôle peu importe, dan mo kafe pena triyaz. Quand tu as des occasions bisin sote parce que ça permet de rencontrer des réalisateurs internationaux et d’apprendre beaucoup de choses”.

Être un « full-time actor » est son rêve et aussi intégrer une équipe d’écriture de séries et de sketches. Pour l’instant, Christophe St Lambert le fait à petite échelle. Outre de présenter la partie fait-divers dans le News show de One Tv et d’avoir repris Enn ti letour l’émission hebdomadaire avec Estelle Desvaux de Marigny, le content producer vient de révéler sa toute dernière création, Detention dont le deuxième épisode est prévu pour jeudi. “J’ai décidé d’écrire un truc par rapport aux jeunes. Sur les fouter desord parce que peu importe l’école que nous avons fréquentée, nous en avons tous connu, ou soi-même nous en avons été un”. De sa plume, il a aussi écrit Polico et l’émission Eh si et Eh cam. C’est ce genre d’opportunité qu’il apprécie chez Radio One. Dans son carnet qu’il trimballe partout, il observe et s’inspire de tous les aspects de la vie pour laisser ensuite exprimer sa créativité. Le concernant, la suite s’écrira certainement « sous tapis” car Christophe Lambert conclut “je veux garder une petite nuisette étant très pudique. Mo pa enn garson fasil” (rires)”.

 

VOIR PLUS : 

SCOPE #1692 mercredi 21 juillet 2021