Il y avait foule, samedi, pour accompagner Sir Anerood Jugnauth de La Caverne au Jardin des Pamplemousses où il a été incinéré. Des milliers de Mauriciens ont tenu à rendre hommage à ce personnage qui a façonné le Maurice d’aujourd’hui en prenant les rênes du pays durant les années de braises.

Adulé autant que critiqué, SAJ a connu un parcours exceptionnel qui l’a transformé en un chef d’État qui laisse derrière lui un héritage destiné à forgé l’avenir. En effet, c’est sur le legs de cette personnalité que Maurice continue à avancer vers une direction qui satisfait les uns et qui déplaît aux autres.

Que l’on soit d’accord ou pas, SAJ s’était forgé une carrure de leader au fil du temps après s’être émancipé des tâtonnements du début et après avoir eu une parfaite maîtrise de la complexité des rouages de la politique mauricienne dont il a été l’un des principaux acteurs. Tout comme il a goûté au succès, il a aussi connu la défaite. Les circonstances ont souvent été en sa faveur pour le ramener aux devants de l’actualité, précisément dans ces périodes où on le croyait à terre.

Puisque le personnage a marqué toute une page de Maurice moderne chacun gardera l’image qu’il s’est faite de cet homme qui s’est construit à partir de rien. À bien des niveaux il reste un exemple à suivre, mais on retient aussi l’image d’un personnage souvent controversé à cause de ses écarts ou pour ces décisions politiques.