Un single et un clip pour encourager Maurice à se Releve de l’expérience du confinement. Grâce à une collaboration entre PhoenixBev, OXO et Culture Events & Productions, le morceau, accompagné d’un clip bénéficie de la collaboration d’une soixantaine de personnes.

Releve est un cri de motivation, un appel à se redresser et à affronter la situation en se serrant les coudes. Ce morceau assume ses ambitions : celles de donner un coup de peps pour que les choses s’activent et qu’on surmonte la situation après le confinement Covid-19. “Releve est un message de courage pour aider à ce que l’Île Maurice se relève”, dit Jimmy Veerapin, de Culture Events & Productions qui a collaboré à la conception du projet.  Le tout, porté par des paroles percutantes et un son rock puissant . Les objectifs de Releve sont de “Transmettre les différentes émotions ressenties tout au long du confinement, mettre en avant les ‘front liners’ qui ont été à pied d’œuvre pour nous permettre de traverser cette période convenablement et plus que tout, nous rendre fier d’être mauricien tout en nous donnant du courage pour affronter ce lendemain différent qui nous attend”, dit le communiqué de presse.

Véracité des messages.

Les paroles sont de Thomas Jean Louis, concepteur rédacteur à l’agence de communication OXO. Il confie que le message qu’il a voulu faire passer est fédérateur et encourage l’entre-aide. “Leur demander de se lever, d’agir pour créer de la valeur, de se lever pour une vie différente, porteuse de plus de sens. C’est un appel à votre contribution pour un meilleur lendemain.” Et de poursuivre, “Nous avons a réalisé cette production pendant que nous vivions le confinement d’où l’authenticité du clip. Les figurants sont de vraies personnes et pas des acteurs, pour aller chercher l’émotion et montrer l’expérience humaine. Ce fut un travail collaboratif entre différents talents complémentaires pour arriver à ce chef d’oeuvre.”

Quant à la conception de la musique, elle porte la signature de Jeannot Poisson, alias John Fish, aidé des ses compères d’Apostrophe Ken Seevatheean et Ilario Armel. John Fish est également à la guitare, à l’arrangement musicale et au mixage. “Je souhaite que ça sonne bien sur tous les supports. J’ai été surpris de voir la dimension prise par le projet. Au début, je pensais que ce serait uniquement un projet qui sortirait sur Facebook, mais avec les connaissances et apports de tout un chacun, c’est devenu quelque chose de très beau, un tout fait de différents éléments indissociables et complémentaires. Chacun a poussé ce projet un peu plus loin. C’est un vrai travail d’équipe et certainement un message qui résonnait en chacun de nous aussi.”

Collaboration à tous les niveaux.

Comme un symbole du message qui doit être véhiculé par le morceau, ce projet est porté par une collaboration à tous les niveaux. D’abord au niveau de la production puisque PhoenixBev, OXO et Culture Events & Productions se sont associés à cet effet, mais aussi sur le plan musical et vocal. On retrouve ainsi plusieurs voix différentes mais qui cheminent tous vers le même message. Emmanuel Maurice, de The Mood Magnets ,se joint à Stéphane Hitié, de Hey, Kate Bagwan, de Parazyte, Arielle Félix, Yannick Edouard et Ilario Armel, d’Apostrophe et Ryan Pynam en terme de Lead Vocals alors qu’aux Backing Vocals nous retrouvons Vincent Bega, de Morigan, Joel Ramdoo, de Skeptikal, Dev Woodit, de Revolt, Jean-Claude Félix, de King of None, Mike Fekno, de The Bunker Rat et Shaif Rengenchetty de Devived.

S’il ne sort que maintenant, le morceau a été principalement travaillé durant le confinement. “Tout le chemin de fer, les échanges entre concepteurs et artistes ont été faits durant le confinement sur Google Meet et les premiers enregistrements sur des téléphones portables. Même isolés, nous étions une équipe soudée, oeuvrant à valoriser tous nos front liners et à leur signifier notre reconnaissance”, confie Jimmy Veerapin.

Filmé sur des toits.

C’est Jean-Yves Chantoiseau qui a eu la responsabilité de transmettre ce message à travers la vidéo. Son idée,  filmer toutes les images du clip sur des toits comme un symbole. “Quand j’ai imaginé le clip, je visualisais les toits des maisons comme un échappatoire puisque nous étions enfermés chez nous durant le confinement. Dans le texte, ça dit ‘releve ankor pli for’, le toit devenait ainsi le lieu où nous montions d’un niveau, où nous allions plus haut et plus loin. ‘Ena zis nou ek lesyel’, nou sey al pli lwin posib. C’était aussi un symbole pour que les musiciens et les chanteurs soient sur le toit pour que le message résonne partout dans Maurice. Quant aux frontliners que nous apercevons, nous voulions les mettre en hauteur, en lumière. D’ailleurs, les figurants du clip jouent leur propres rôles, personne ne fait semblant. Nous voulions quelque chose d’authentique et de poétique”, explique-t-il.

Le clip est visible gratuitement sur YouTube et Facebook alors que le version audio est en vente sur les plateformes de musique en ligne tels que Spotify, iTunes, Deezer, Amazon Music entre autres.