À 16 ans, Solena Jade Williams marche déjà dans les pas de sa mère, l’iconique Linzy Bacbotte. Solaire, talentueuse, du berceau à l’adolescence elle a baigné dans la musique et en a fait son élément. Si d’aucuns la désignent amicalement comme “Ti Linzy” Solena s’affirme de plus en plus d’elle-même avec fraîcheur et détermination, portée par sa voix et un charisme qui émerge déjà. Partagée entre la scène, ses études, la danse, le kung-fu, le dessin et la cuisine, l’enfant soleil brille à chaque fois un peu plus comme la fleur qui s’épanouit vers une belle destinée.

Solena Jade Williams chante, danse et possède un groove indéniable. Sur la scène du Backstage il y a quelque temps, invitée par Linzy Bacbotte, l’adolescente dévoilait davantage tout le potentiel qui émane d’elle. Habituée à la scène depuis sa tendre enfance Solena a définitivement le show dans la peau et le talent dans l’ADN.

Des coulisses à la scène

Si la mère est reconnue pour son rire communicateur, le sourire de la fille que nous rencontrons chez elle à Albion est naturellement solaire. Comme l’indique son nom. Généralement mère poule, cette fois Linzy choisit de se la jouer discrète et s’éloigne en précisant : “Je ne tiens pas à empiéter sur l’interview de Solena.” Mais qui connaît la chanteuse sait qu’elle ne sera jamais loin pour voler au secours de sa fille si besoin était. De même, que ce soit en public, dans les coulisses ou sur la scène, quand “Ti-Linzy” est là, Linzy n’est jamais très loin. Non pas pour contrôler, mais parce que parallèlement à cette carrière trépidante qu’elle a eue, Linzy Bacbotte s’est toujours efforcée d’être une mère attentive et dévouée. D’où l’épanouissement affiché par Solena Jade.

La première scène.

Dès cinq ans d’ailleurs, cette dernière connaît la scène. L’une de ses toutes premières fut à Mahébourg, se souvient-elle.  Depuis, comme prise au jeu, elle a été partie prenante de plusieurs spectacles et concerts organisés par sa mère. “Entre autres ses 25 et 30 ans de carrière, Breath Again et tout dernièrement 200 Voices.” Et, très tôt elle l’avait compris : être la fille de Linzy Bacbotte c’est surtout accepter de ne pas passer inaperçu :“Parce que tout le monde te connaît.”

Pourquoi forcément s’en plaindre? Côtoyer ce milieu c’est avoir la chance de se rendre dans différents endroits, de faire de nouvelles rencontres et aussi de découvrir en avant-première les nouveaux projets musicaux préparation. Autant d’occasions qui ont permis à Solena d’entretenir l’ardente flamme qui la pousse à s’engager plus sérieusement dans la musique afin de devenir chanteuse.

Les récits de tournés et les expériences musicales de sa mère aux quatre coins du globe ont définitivement nourri ses ambitions. “Cet univers m’attire aussi parce que je suis passionnée.  J’aime apprendre de nouvelles choses. Et la musique, c’est la chose qu’on ne finit jamais d’apprendre car c’est l’apprentissage de toute une vie. Découvrir tous ces aspects que je ne connais pas, c’est aussi ce qui m’a donnée le goût de chanter et composer.”

L’adolescente confie se débrouiller pas mal en séga. “Je connais par cœur le répertoire de maman et j’adore les chansons de Désiré François et celles de Jean-Claude Gaspard. Quoique mon style de musique tourne beaucoup plus autour du reggae.”

Briller de tout feu.

Après trois années au Collège Lorette de Saint-Pierre Solena a rejoint depuis deux ans le Collège Lorette de Quatre-Bornes. La collégienne se prépare avec assiduité à prendre part aux examens du School Certificate avec le soutien de sa mère qui est naturellement très à cheval sur l’éducation de ses enfants. Si la demoiselle prend définitivement ses études avec sérieux elle se dit aussi in sur la majeure partie des activités sportives et culturelles organisées par l’établissement. On peut y rajouter ses classes de danses avec Teresa David du David Academy of Dancing, ses cours de kung-fu sans oublier le dessin et la cuisine. Solena adore préparer des pâtisseries. En parallèle, la jeune fille qui s’est aussi formée au piano au conservatoire, trouve du temps et l’inspiration pour écrire et composer ses chansons. Un de ses titres avait été présenté au Backstage récemment.

Une véritable touche-à-tout tout comme sa mère qui a pris soin d’inculquer à ses enfants “qu’on ne perd jamais. Toute nouvelle expérience est bonne à prendre.” Pour sa part, Linzy, qui rejoint la conversation, fait également ressortir ne rien imposer à ses enfants, Solena Jade et Zion, 8 ans. “Mais je leur fais toujours comprendre qu’il faut être discipliné dans la vie. Si vous commencez quelque chose, il faut avoir le courage de le terminer. Mo pa enn mama fasil.”

Briller sous le soleil.

Solena confiait à Scope à l’occasion de la fête des Mères que la sienne  est l’exemple même d’une femme forte qui ne baisse jamais les bras.” Elle passait ainsi un message à cette dernière : “J’aimerais tellement suivre tes pas et avoir une carrière aussi riche que la tienne”. Aujourd’hui, la jeune fille tient à souligner : “Hormis d’être une chanteuse hors pair, ma mère est aussi prof de chant, coach vocal, animatrice, comédienne. Sans oublier qu’elle est une maman géniale. Si j’arrive à son niveau, je ne pourrais qu’être fière de moi”.

Mais comme de nombreuses filles de célébrités, elle a aussi ce désir de briller d’elle-même. “Je suis très fière d’être la fille de  Linzy Bacbotte. Mais je veux aussi démontrer que je peux me faire un nom de moi-même. Bien que je sache que maman ne sera jamais très loin, je veux aussi exister et briller en tant que Solena”. De même, la mère explique n’avoir “jamais voulu faire de l’ombre à Solena. Elle écrit ses propres chansons et a sa propre identité. Je suis contente qu’elle brille d’elle-même et pour elle. Je suis là pour la guider, mais j’ai envie qu’elle trouve ses repères. Ce n’est pas parce que c’est la fille de Linzy Bacbotte qu’elle doit automatiquement bénéficier de tout. Au contraire.”

La face cachée de la scène.

L’un des plus grands avantages que Solena a dans les manches, c’est de connaître les bons comme les moins bons côtés de ce métier. Dans son enfance, la carrière de sa mère a beaucoup pesé sur elle. “Je ne la voyais pas souvent et j’étais cette petite fille qui voulait tout le temps être avec maman.” Aujourd’hui, elle a grandi. Plus mûre, elle comprend mieux les choses même si aborder le sujet de son père reste toujours un sujet sensible.

De son côté, Linzy Bacbotte s’est surtout assurée que ces enfants connaissent le milieu dans lequel elle évolue. La longue expérience de sa mère dans la musique lui a permis de prendre conscience des aléas et risques du métier. “J’ai vu les coulisses, et je sais qu’il y a des hauts et des bas.” Linzy Bacbotte ajoute que le public ne voit que ce qu’il y a sur la scène. Mais sa fille a vu l’avant, le pendant et l’après. La chanteuse ne l’a jamais forcée à aimer ce métier. “Mais je lui ai tout le temps dit que je l’encouragerais si elle décide de se lancer. Il faut qu’elle sache que c’est une vraie discipline”.

Projets et ambitions

Solena Jade Williams a encore toute la vie devant elle et surtout du temps et “beaucoup de possibilités” pour concrétiser tous ses rêves et ses projets. Ce dont elle est sûre, “c’est que peu importe le chemin que je compte prendre, la musique sera toujours présente.” Outre d’envisager la possibilité de travailler comme professeur de musique ou de chant, la jeune fille se verrait aussi à l’aise dans la peau d’une psychologue ou d’une chef en cuisine. Sa plus grande ambition c’est d’ouvrir une académie des arts comme il en existe déjà à l’étranger. “Nous avons tous un talent caché et les études académiques ne sont pas à la portée de tous. Une institution qui réunira un peu tous les talents et donnera la possibilité à une personne d’être certifiée en Arts (musiciens, artistes, sculpteur, chanteurs, compositeurs, DJ, etc.) tout en leur permettant d’étudier.

Nous sommes comme prélude d’une belle histoire.