L’activiste Bruneau Laurette, l’avocat Rama Valayden ainsi que le Groupe Réflexion Emmanuel Anquetil (GREA) ont manifesté devant le bureau de l’Information and Communication Technologies Authority (ICTA) à Port-Louis ce jeudi, 21 mai.

Ils ont exprimé leur désaccord « contre les projets du gouvernement de donner plus de pouvoir à l’ICTA pour censurer les réseaux sociaux ».

« Ce n’était pas une consultation mais un certificat de mort pour la démocratie et la liberté. Nous demandons que la section 12 de la Constitution, qui garantit la liberté d’expression, soit protégé. Parce que le gouvernement souhaite museler tous ceux qui parlent et qui circulent des messages sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui la liberté et la démocratie sont devenues des commodités achetables », a déploré Rama Valayden.

Le combat de Bruneau Laurette, dit-il, vise à permettre à la population de retrouver la liberté « que le gouvernement tente de supprimer ».

« Le gouvernement a peur des réseaux sociaux parce qu’il n’a pas le contrôle. Nous sommes là pour défendre la Constitution et notre droit d’expression », a fait comprendre pour sa part Bruneau Laurette.

Ce sont donc neuf personnes  »symboliques » qui se sont positionnées devant le bureau de l’ICTA en signe de protestation durant 12 minutes.