Les partis de l’opposition parlementaire, à savoir le MMM, le PTr et le PMSD, ainsi que le Reform Party, ont signé une déclaration conjointe avec les organisations citoyennes, dont Linion Sitwayin, Smart Citizin, Mo Ti Zil et Sel Solution Révolution, ce mardi 9 février, quant à leurs attentes, et leurs revendications en marge du rassemblement pacifique de ce samedi 13 février, à Port-Louis.

Les leaders des différents partis politiques ainsi que les représentants des organisations citoyennes ont dans l’ensemble établi que l’objectif de cette marche est avant tout de réclamer le départ de l’actuel gouvernement, peu importe la couleur politique des citoyens.

« Ce qui est important, c’est que Pravind Jugnauth reçoive le message fort et clair », a déclaré le leader du PTr, Navin Ramgoolam.

Le leader du MMM, Paul Bérenger, a, pour sa part, affirmé que l’opposition et les organisations citoyennes collaboreront au-delà du rassemblement de samedi. « Après samedi, un comité sera mis sur pied pour étudier dans les détails le travail à accomplir pour changer l’île Maurice ».

Xavier-Luc Duval s’attend, quant à lui, à d’autres démissions au sein du gouvernement. « L’objectif principal est de faire s’en aller le gouvernement Jugnauth. Avec le départ de Nando Bodha, nous constatons que le gouvernement commence à s’effondrer. Ce qui nous unit tous est la demande de départ du gouvernement, mais chaque citoyen présent aura sa propre revendication et espoir pour le pays ».

Le leader du Reform Party, Roshi Bhadain, est d’avis que le 13 février doit être un jour historique pour le pays. « La situation actuelle ne peut plus continuer dans le pays. La population doit comprendre que nous sommes obligés de mettre un frein aux maldonnes, aux scandales, et malversations qui opèrent dans le pays ».

Pour l’activiste, Bruneau Laurette, les Mauriciens doivent bénéficier du système et non en être des victimes. « Attendre trois ans encore pour changer de gouvernement, c’est attendre la mort à petit feu. Notre combat est pour l’avenir de nos enfants. Notre marche est pour une cause et non pour défendre un parti politique. Nous n’avons rien à gagner mis à part  la répression et des répercussions. Mais comme citoyens, nous avons décidé de changer le pays en tant que vrais patriotes ».

« Nous nous unissons autour du drapeau de la République », a déclaré le leader de l’opposition, Arvin Boolell. « C’est un rendez-vous historique, car nous voulons approfondir notre système démocratique et créer de l’espace pour tous les Mauriciens. C’est l’île Maurice avant tout. Non à un climat de frayeur et oui à une île Maurice meilleure ».

Il ajoute ainsi que la plateforme multipliera les actions après la marche de samedi dans le respect de la loi.