Le rallye contre la vie chère, le 6 août dernier

La police ayant interdit une partie du trajet de la marche de protestation contre les augmentations de prix, les organisateurs ont saisi la Cour suprême. Après avoir écouté les parties en présence, la Cour a rejeté l’objection de la police et donné gain de cause à L’Association des Consommateurs de l’île Maurice (ACIM), représentant les organisateurs.

La police avait accepté d’autoriserla marche de protestation, mais en modifiant l’itinéraire choisi parles organisateurs. Ces derniers ont été obligés de faire appel à la Cour suprême en introduisant une procédure contre le Commissaire de police.

A l’appel de l’affaire et après avoir étudié le dossier, le juge Johanne Moutou Leckning a convoqué le Commissaire de police pour des explication sur son objection. Suite à cette rencontre, la représentante légale du Commissaire de police a déclaré que ce dernier n’a plus d’objection à ce que l’ACIM procède à sa procession publique sur l’itinéraire initial. Par conséquent, la marche aura lieu avec l’itinéraire choisi par les organisateurs à une
date ultérieure.

L’objection de la police rejetée parla Cour aura obligé les organisateurs du Front Kont Ogmentasyon Prix Inzistes ek Taxe Abizif à renvoyer leur marche.

Par ailleurs, pour pouvoir maintenir leur itinéraire de départ, ils auront dépensé Rs 20,000.