La police a découvert le corps d’une femme partiellement enfouie dans un verger à Chemin-Capitol, Mare-d’Albert, hier soir. Son identification a été rendue difficile, car le cadavre était à un stade avancé de décomposition. Néanmoins, la police soupçonne qu’il s’agit de Zahirah Ramputh, une habitante de Vallée-des-Prêtres âgée de 40 ans, et dont les proches avaient signalé la disparition à la police d’Abercrombie en décembre de l’année dernière.

La victime entretenait une relation amoureuse avec dénommé Ibrahim Ayaz (37 ans), mentalement instable. À l’époque, celui-ci avait déclaré à la famille de sa concubine qu’il l’avait tuée. Mais personne ne l’avait cru à cause de son handicap, d’autant que le suspect n’est pas connu pour être violent. Mais après cinq mois, les proches de Zahirah Ramputh se sont dit que le trentenaire pouvait avoir dit la vérité et se sont alors tournés vers la Major Crime Investigation Team (MCIT).

Pendant ce temps, Ibrahim Ayaz a été interné à l’hôpital psychiatrique de Brown Sequard. La police l’a entendu et le suspect a affirmé cette fois que la victime se serait suicidée. Et d’ajouter avoir ensuite enterré son corps. L’homme a conduit la police dans le verger à Mare-d’Albert où le corps d’une femme a été déterré. Comme le cadavre est à un stade avancé de décomposition, la police ne peut confirmer avec certitude qu’il s’agit bien de Zahirah Ramputh.

Entre-temps, des éléments du Scene of Crime Office ont effectué des prélèvements dans le périmètre. Les enquêteurs ont ensuite pris contact avec les proches de la disparue pour tenter d’obtenir des informations sur sa morphologie. La dépouille a été transférée à la morgue de l’hôpital Victoria, où un examen post-mortem est prévu durant le week-end. Un test ADN est également prévu pour confirmer l’identité de la victime.
Par ailleurs, les explications d’Ibrahim Ayaz sont de plus en plus ambiguës. La MCIT n’a pas encore établi les circonstances de cette affaire macabre. De plus, à ce stade, la police n’a pas décidé si le suspect sera inculpé en justice et s’il devra être placé en détention ou reconduit à l’hôpital Brown Sequard.