Le ministre des Affaires étrangères Nando Bodha, répondant à une Private Notice Question (PNQ) sur le rapatriement de Mauriciens à l’étranger, a indiqué que ce processus est « extrêmement compliqué ».

Il a annoncé que trois vols sont prévus en ce sens en juin et juillet. Le ministère pourrait rapatrier 1 200 personnes d’ici la fin de juillet en utilisant Dubaï. Pour ceux bloqués en Europe, le point de rapatriement serait Londres ou Paris.

« Toutes les décisions sont prises par le National Committee sur la Covid-19 qui suit la situation tous les jours et en fonction de la capacité des centres de quarantaine, l’intérêt national et les cas qui peuvent venir de l’étranger », a-t-il déclaré.

Nando Bodha a souligné que, jusqu’à présent, 1 883 Mauriciens ont été rapatriés de plusieurs pays, dont l’Australie, la France, l’Inde et Dubaï.

En ce qui concerne les bateaux de croisière, depuis le début de la pandémie, environ 2 000 Mauriciens, membres d’équipage de 21 compagnies différentes, se retrouvent bloqués.

Selon le ministre, le rapatriement complet des Mauriciens dépend énormément de « l’ouverture des frontières, la reprise et le coût des vols, ainsi que la situation à Maurice et à l’étranger ».

« Il ne faut pas oublier que ce virus est agressif. Une personne peut contaminer tout un avion. Il faut donc éviter une deuxième vague de contamination ».

Arvin Boolell, leader de l’opposition, a relevé l’interdiction émise envers un bateau d’accoster nos côtes. Selon le ministre, les mesures pour le débarquement d’un bateau ne sont pas similaires pour les avions. « Cela doit être fait de manière ordonnée », a déclaré Nando Bodha.

Le leader de l’opposition devait accuser le ministre « d’essayer de trouver des excuses ».

En ce qu’il s’agit du support financier offert aux Mauriciens bloqués à l’étranger, Nando Bodha a affirmé que les banques ont prévu, à cet effet, un  »soft loan » pour ceux dans le besoin.