Le panel légal des Avengers se prépare à divulguer de nouvelles révélations troublantes à la population pour le rassemblement annoncé pour dimanche prochain. «Ene rassembleman rouz, blé, zaun, vert avec bann avocats de tou kouler politik», déclarait Rama Valayden face à la presse hier matin. L’occasion aussi de faire le point sur la situation avec le retour du ministre du Commerce et colistier du Premier ministre à Quartier-Militaire/Moka (No 8), Yogida Sawmynaden, au tribunal de Port-Louis pour la Private Prosecution logée par la veuve de Soopramanien Kistnen et la reprise de l’enquête judiciaire devant le tribunal de Moka sur le meurtre de l’agent MSM du No 8. Les Avengers ont aussi tenu à faire part de zones d’ombre entourant le décès de Manan Fakoo à la suite d’une agression par balle près de son domicile à Beau-Bassin.

Rama Valayden note que l’objectif principal de ce panel légal «est le combat pour les droits humain» et que l’affaire Kistnen «symbolise ce combat où nous avons le devoir de dénoncer la torture et autres méfaits qui font reculer l’humanité». Il ajoute que «menas finin ena mais nou kapav vinn viktim physik ou ankor konsernan nou profesyon ou nou lavi familial».

Concernant la Private Prosecution contre le ministre Sawmynaden où un renvoi avait été obtenu pour permettre à l’enquête policière de progresser, Rama Valayden est catégorique: «Ziska le 29 zanvye pa fine pran, pa pe pran et pa pou pran auken statement avec minis Sawmynaden.» Il a parlé «d’un complot par sertin pou rod detourn la verite» et qu’une section de la police jouerait ce rôle «et sa pé decredibiliz la polis alors ki ena ki pe rod fer tou pou ki conne la vérité». Raison pour laquelle les Avengers ont décidé de tenir un meeting à La Louise dimanche prochain.

«Li pou enn rassemblema rouz, blé, zaun, ver ek bann avocat tout kouler politik», a soutenu Me Valayden, avançant que lors de ce rassemblement «nou pou annons certain soz ki pou sok imazination morisiens». Il parle d’un meeting pour le peuple afin de soutenir tous ceux qui souffrent en silence et de rappeler leur combat pour connaître la vérité concernant toutes ces récentes disparitions, avec son lot de révélations.

Le choix du lieu de ce rassemblement est présenté «comme un symbole, car c’est à La Louise que Kistnen avait disparu, où il y a un système de mafieux qui sévit, où les caméras Safe City ont cessé de fonctionner».

Au chapitre du meurtre de Manan Fakoo, Rama Valayden a réitéré un appel pour que les enregistrements au poste de police après son agression par balle soient préservés. «Pou surpris par ceki pou capav trouver», lâche-t-il. Il révèle d’autres faits troublants, ce qu’il appelle un escadron de la mort et des armes en circulation, citant d’éventuelle cache d’armes dans la forêt de Yémen.

Concernant l’enquête judiciaire de Moka, Roshi Bhadain devait faire part de l’urgence qu’elle reprenne au plus vite. «Parski ena enn meurtrier dans la natir ek ena ban temoins a risk», dit-il rappelant que le dernier témoin à ce jour avait soumis un morceau de papier avec le nom du présumé meurtrier au tribunal. Il affirme aussi que la magistrate devrait soumettre le nom de ce présumé meurtrier au commissaire de police pour démarrer une enquête. Suite à une question de la presse sur un éventuel lien entre le meurtre de Manan Fakoo et l’affaire Kistnen, Roshi Bhadain répond que «tou possibilité existé».

Rouben Mooroongapillay a fait part du besoin d’un différent système de fonctionnement pour les institutions afin que le public recommence à avoir confiance en elle. Il n’a pas manqué de dénoncer les “cover up” et complots pour ralentir la quête de la vérité. Me Cliff Grenade et Me Laksh Gunput ont également intervenu.