• La camionnette en reconnaissance sur les lieux du crime à Beau-Bassin durant trois à quatre jours avant la fusillade du 20 janvier

Le frère de Yassin Meetoo a consigné une “precautionary measure” au poste de police des Line Barracks hier, disant craindre pour la sécurité du suspect. Le plaignant (48 ans) avance ainsi qu’il s’est rendu au bureau de la Major Crime Investigation Team (MCIT) hier pour informer les enquêteurs que ses proches avaient pris contact avec un avocat pour assister Yassin Meetoo lors de son interrogatoire. Entretemps, des avocats représentant les autres suspects étaient aussi sur place. Ils ont demandé à rencontrer le suspect pour l’informer des démarches de ses proches.

Un enquêteur les a cependant informés que Yassin Meetoo se trouvait à Alcatraz. Ils se sont ainsi rendus sur place pour, cette fois, s’entendre dire que le suspect était supposément à Curepipe. Ils sont donc ensuite retournés à la MCIT, où on leur a dit que Yassin Meetoo avait souhaité donner sa version sans l’assistance d’un avocat. Finalement, personne n’a pu s’entretenir avec le suspect hier.

Dans sa “precautionary measure”, son frère dit craindre pour sa sécurité. Selon des renseignements disponibles, un avocat devrait se rendre à la MCIT ce jeudi pour informer les enquêteurs que ses services avaient été retenus par la famille Meetoo. Par contre, les autres suspects ont pu s’entretenir avec leurs avocats hier.

Le suspect Oomar Beharry a également prévu de retenir les services d’un avocat aujourd’hui. À ce stade, aucune séance d’interrogatoire n’a encore débuté, alors que les cinq suspects nient toute implication dans la fusillade du 20 janvier, qui a coûté la vie à Manan Fakoo. La MCIT est en possession des images de caméras de la Safe City montrant la présence de la camionnette de livraison de Yassin Meetoo dans le périmètre du crime durant trois à quatre jours consécutifs avant le meurtre.

Outre cet élément, la police estime que la moto qu’elle a mise sous séquestre serait celle utilisée par les deux suspects ayant tiré sur l’ex-gros bras. Les “stickers” sur l’engin ressemblent en effet étrangement à la moto repérée sur les images d’une caméra de la Safe City située rue Martindale, à Beau-Bassin. Dans une première déclaration à la police après son arrestation, le propriétaire de la moto noire, Noorudhin Bhollah, a dit avoir prêté sa moto à un des suspects arrêtés dans le cadre de cette affaire. Et d’ajouter qu’il n’était pas présent à Beau-Bassin le 20 janvier.

La MCIT avance la thèse qu’aussitôt après avoir tiré sur Manan Fakoo, les deux suspects auraient caché la moto dans la camionnette de livraison de Yassin Meetoo pour regagner Port-Louis. Raison pour laquelle les caméras de la Safe City de différentes régions de Beau-Bassin n’ont détecté aucune présence de l’engin. D’autres développements pourraient intervenir dans cette enquête prochainement.


Yerukanaidoo et Gowry
libérés sous caution

Les cousins Ikiss Yerukanaidoo (36 ans) et Antish Gowry (30 ans), qui font face à une accusation provisoire de tentative de meurtre, ont été libérés hier après leur comparution au tribunal de Pamplemousses. Ils ont chacun fourni une caution de Rs 40 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 200 000. De plus, ils devront signaler leur présence au poste de police de Saint-Pierre chaque jour.
Pour rappel, la MCIT reproche aux deux cousins d’avoir tenté de foncer en voiture sur Manan Fakoo dans le parking d’une boîte de nuit à Grand-Baie dans la nuit du 16 au 17 janvier. Ils avaient eu une prise de bec avec l’ex-gros bras ce jour-là. Par contre, tous deux ont nié toute implication dans la fusillade survenue le 20 janvier à Beau-Bassin.