Sachin Tatree devant les assises

Le procès de Sachin Tetree, pour le meurtre de Ritesh Gobin (11 ans) le 20 octobre 2018, se poursuit aux Assises. Les auditions d’hier ont été marquées par le visionnage des aveux de Sachin Tetree lors de son interrogatoire mené par le Detective Inspector Rishinand Jugoo de la MCIT, à la Digital Interview Room du Metro South, aux Line Barracks. L’accusé avait expliqué avoir décidé d’en finir avec la victime en l’égorgeant avec un cutter, car cette dernière avait agressé son fils à l’école qu’ils fréquentaient deux ans de cela. Il soutient que son fils a gardé des séquelles de l’agression.

Lors du procès intenté à Sachin Tetree, ses dépositions à la police avaient été lues dans un premier temps par l’inspecteur Sachoodanand Ramjeetun. Dans la déposition prise le lendemain du drame, Sachin Tetree explique qu’il a grandi à Gros-Cailloux et qu’il a quatre enfants de différentes épouses. Son fils fréquentait la même école primaire que Ritesh Gobin. L’accusé explique alors que c’est en 2016 que son fils lui apprend qu’il est martyrisé à l’école et que Ritesh Gobin ainsi qu’un autre élève l’avaient tabassé et lui avaient cogné la tête contre un mur. « Mo trouv mo piti soufer, mo gagn laraz », devait-il expliquer. Il avance que son fils avait gardé des séquelles de cette agression, soit des douleurs récurrentes au cou l’empêchant de dormir et des saignements du nez. « Monn met dan mo latet mo bizin bles sa garson Gobin-la », a déclaré l’accusé pour expliquer son crime.

Dans sa version des faits, Sachin Tetree explique ainsi avoir trouvé une occasion de donner une correction au petit lorsqu’il s’était rendu à une boutique du coin le jour fatidique pour aller chercher du rhum, alors qu’il était chez les Gobin à prendre des verres avec le père. Muni du cutter qu’il avait acheté à la boutique, il explique alors que « monn desid pou koup garson Gobin ». Après son acte, il explique que la petite sœur de la victime présente commençait à hurler « sap mo frer » et qu’elle s’est débattue lorsqu’il a voulu la faire taire en bouchant sa bouche avec un vêtement.

La fille lui aurait alors mordu la main et il lui a mordu l’épaule en retour pour qu’elle arrête. Elle devait toutefois réussir à prendre la fuite et appeler à l’aide. L’accusé avait décidé de se débarrasser du cutter dans le terrain vague près du corps, de se rendre chez sa mère à la hâte pour changer ses vêtements et se laver les mains. Chez sa mère, il avait alors compris que le voisinage avait appris que le petit Gobin était retrouvé mort dans un champ de cannes.

Alors qu’il voulait faire accroire à sa mère qu’il n’avait rien à faire avec cela, il a fini par décider de se rendre lui-même au poste de police de Petite-Rivière. Il devait indiquer au policier qu’il était celui qui avait tué Ritesh Gobin.