Photo d'illustration @Source Internet

Un ancien gouverneur mexicain a été accusé jeudi d’avoir fait torturer en 2005 une journaliste qui avait dénoncé un réseau de pornographie infantile, ont annoncé des sources judiciaires.

Mario Marin, qui a été entre 2005 et 2011 gouverneur de l’Etat de Puebla, dans le centre du Mexique, a été arrêté mercredi dans la station balnéaire d’Acapulco (sud) et transféré à Cancun, où il a été présenté jeudi à un juge.

Au cours de l’audience, M. Marin a été accusé formellement de torture contre la journaliste Lydia Cacho, ce qui, s’il est reconnu coupable, pourrait lui valoir 12 ans de prison.

La journaliste avait publié en 2005 un livre où elle révélait l’existence d’un réseau d’exploitation sexuelle d’enfants dans lequel auraient été impliqués deux hommes d’affaires libanais liés à Mario Marin.

En décembre 2005, Lydia Cacho, accusée de calomnie et de diffamation par l’un d’eux a été arrêtée à Cancun par des agents du parquet de Puebla.

Elle a été libérée en janvier 2006, et un mois plus tard est apparu dans la presse un enregistrement dans lequel Mario Marin déclarait à cet homme d’affaire libanais, à présent en fuite, avoir donné à la journaliste « une tape sur la tête » en représailles à la publication de son livre.

Lydia Cacho, qui vit actuellement à l’étranger pour des raisons de sécurité, affirme quant à elle avoir été « torturée psychologiquement » par les agents qui l’ont arrêtée et l’ont menacée d’abuser sexuellement d’elle.

« J’ai passé 14 ans à demander justice pour avoir été torturée par le complice d’un réseau de pornographie infantile », a écrit la journaliste sur Twitter.

L’autre homme d’affaires libanais, Jean Succar Kuri, a été condamné en 2011 à 112 ans de prison. La sentence a été annulée pour vice de forme, mais il est toujours en détention.

str-dg/sem/tly/lda/plh/uh