L'object du litige concerne le refus de Mahen Choolun d'autoriser la présence des deux élus à une réunion du Comité bien-être

Le maire de Beau-Bassin/Rose-Hill= David Utile et le conseiller Mahen Choolun, tous deux issus des rangs du Muvman Liberater (ML), donnent la réplique aux élus bleus Olivier Barbe et Zaed Nanhuck qui leur ont servi une mise en demeure la semaine dernière.

L’objet du litige concerne le refus de Mahen Choolun de permettre à trois élus du PMSD d’assister, en tant qu’observateurs, à une réunion du comité qu’il a présidée le 8 juin. Or, à en croire les élus du ML, « la section 15 des Standing Orders donne clairement la prérogative et la discrétion aux présidents d’accepter ou pas la présence d’un non-membre à une réunion d’un comité. Lorsque la Local Government Act a été promulguée en 1999, le terme «observateur» existait, sauf qu’il a été enlevé lorsque la loi a été modifiée en 2011. »

Le bras de fer engagé entre les deux parties au sujet de la présence des non-membres aux comités de la mairie se poursuit de plus belle. Pour rappel, les deux élus de l’opposition avaient servi, la semaine dernière, une mise en demeure à Mahen Choolun et à David Utile afin qu’ils revoient leur copie, car d’autres non-membres, disent-ils, avaient déjà eu accès naguère aux réunions en tant qu’observateurs. Les deux derniers nommés balaient d’un revers de la main les arguments des élus bleus qu’ils qualifient de « fallacieux. » 

Le maire soutient qu’« il est clair et limpide que le terme « observateur » n’existe plus dans les Standing Orders. À la lumière d’un avis légal qu’on a eu, un élu non-membre qui a justifié la pertinence de sa présence au comité doit légitimement avoir accès à la réunion. Par exemple, lorsqu’il organise une activité relative aux prérogatives dudit comité. Sauf qu’il assistera aux débats liés uniquement à la partie concernée. Lorsque j’ai pris les rênes de la mairie l’année dernière, j’ai demandé aux conseillers d’écrire une lettre au Chief Executive dorénavant pour en faire la demande pour éviter tout imbroglio. »

Pour étayer leurs arguments, Mahen Choolun avance qu’ « on n’a fait qu’appliquer la loi en leur interdisant l’accès. J’ai moi-même déjà été interdit d’accéder à une réunion du comité de la Santé qui était présidé par la conseillère Elvany Anamalay et j’avais obtempéré sans esclandre contrairement à Olivier Barbe et Zaed Nanhuck. » Le conseiller du parti « Kare Kare » va plus loin dans ses analyses. « Le procès-verbal d’un comité doit obligatoirement être approuvé dans le conseil municipal. Ainsi, tous les élus membres ou non-membres ont tout le loisir de poser des questions, de contester ou de faire des contre-propositions avant que le procès-verbal ne soit ratifié. Les deux élus bleus sont des personnes intelligentes qui ont six ans d’expérience au conseil. C’est faire preuve de démagogie en usant d’un tel stratagème. »

David Utile abonde dans le même sens : « 6-an zot la zot pa ankor konn zot standing order. Li mari grav sa et ils ont le culot de nous servir une mise en demeure qui est d’ores et déjà caduque et sans force. Nou pou reponn zot ! »